Auteur Sujet: quand le couperet tombe ...  (Lu 3631 fois)

chat-alors

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 203
  • chat-alors
    • ma page face book, news et photos au quotidien
quand le couperet tombe ...
« le: 04 Février 2007 à 18:17:35 »
et oui nous sommes de futur parents, tout va bien, après ce fameux retard de règles arrive le temps du test de grossesse, de la certitude, la bonne et heureuse nouvelle tant attendue : nous allons à nouveau devenir parents !!!

Le bonheur, la joie, l' angoisse, la peur de la fausse couche qui rôde mais qui s' en va bien vite
A 7 SA un petit decollement placentaire vient effectivement ternir ce ciel si clair
On demande, on suplie bébé de bien vouloir se battre, s' accrocher
La gynécologue elle ne veut rien donner si ce n' est la recommendation de se reposer dès que possible
La nature doit faire son travail ...

Bon nous voilà à 12 SA la nature à fait le choix de laisser grandir ce joli et si actif ce petit bébé que nous aimons déjà tellement fort
Les semaines passent, tout semble normal
On passe la visite du 4° mois

Nous voilà à l' orée de celle du 5° mois, sur le point de passer l' écho morpho
Et là le sol se dérobe, le monde s' écroule, tout se fissure, le temps s' arrête, ... c' est la catastrophe
Un diagnostique vitale péjoratif à la vie future de ce petit être bien au chaud, bien vivant, vient d' être émis
La gynécologue, déjà en à tiré ses propres conclusions, bien que n' ayant aucune certitude, pour elle tout est foutu, une IMG est de rigueur, faut être censé, raisonnable
Mais nous, nous parents de cet enfant on se fiche du raisonnable

On nous dit que probablement il y a un  problème et bien soit, alors on va y remédier
Les médecins sont forts, puissants
On ne veut pas baisser les bras
Donc on se bat, on fouille, on fouine, on attérit à force de chercher de partout chez un spécialiste de la présumé affection de notre enfant

Là une première fois on nous affirme et confirme le diagnostique
Pour eux aucun doute cet enfant est condamné à court terme
Soit alors si IMG doit avoir c' est là tout de suite, ce jour même, immédiatement !!!
Sentiment de rejet
Sentiment de peur, de trouille, d' angoisses
Enlever moi cet enfant qui bouge en moi, vite, de suite, que je me réveille comme d' un mauvais cauchemard
Là on nous dit que non celà ne peut pas ce faire ainsi, de suite, qu'il faut rentrer à la maison, réfléchir, prendre son temps et réfléchir pour ne rien regretter !!!
Mais ils se fichent de nous ou quoi !!!
Comment ne rien regretter, ils sont fou !!!
Ils viennent de m' apprendre que l' enfant que je porte qui à bien dépasser les 22 SA ne vivra pas en dehors de sa maman, de moi, que moi je dois signer un document autorisant l' infanti foetus et mettre au monde de la façon la plus naturelle qu' il soit cet enfant mort en moi !!!
Mais ils sont fou !!!
Moi je veux qu'on me l' enlève, je veux me réveiller, je veux oublier, je veux fuir et recommencer à vivre !!!

Nous sortons de cet hôpital et reprenons le chemin de la maison tant bien que mal après cette journée dramatique et sans fin
Nous retrouvons nos autres enfants
Et là au début, même minutes après minutes, nos cerveaux bouillonnent, nous ne le savons pas encore, mais nous commencont déjà notre chemin

Nous expliquons le plus simplement du monde à nos enfants ce qu' il se passe, nous serions bien dans l' impossibilité de leur cacher, de leur faire croire que tout va bien
Tout le monde crie, pleure, hurle, questionne, intérroge, tout le monde refuse la réalité, ne veut pas se résigner
Nous ne sommes plus que douleur, que peine et tristesse

Bon sang et ce bébé en moi qui lui gigote de plus en plus
Jamais d' ailleurs il n' a autant bougé que depuis la 1° fois ou nous à annoncé le debut de la suspicion du problème éventuel
Que c'est dur de le sentir bouger
Que c'est dur de préter par la force des choses attention à lui
Comme on aimerait le zapper, ne plus s' en occuper, fuir tout cet amour, toute cette douleur
Mais ce n' est pas possible

48 h après nous sommes reçus à une réunion d' un collégial de médecin pour décider du sort de cet enfant
A peine assis on nous demande ce que nous voulons faire du corps de notre enfant après
Cette claque fut magistrale et salavatrice
Comme une énorme baffe elle nous à réveillés mon mari et moi
Attendez nous n' avons pas encore compris ce qu'ils nous arrivaient et vous voulez savoir ce que nous voulons faire du petit corps de notre enfant ?!!!
C 'est alors qu' avec mon mari sans nous concerter mais d' une seul voix nous avons voulu du temps, du temps pour comprendre, du temps pour réfléchir, pour essayer de voir ce qu' il va se passer

Ils nous ont donc accorder du temps, avec une écho en prime pour nous re démontrer leur réalité

Dans la conversation nous notons, mais dit très très rapidement, que l' on nous dit " mais vous pouvez continuer la grossesse jusqu'à son terme c' est sans danger pour vous et cet enfant, c' est une des possibilités .... "
Comment, quoi, je peux menner à terme cette grossesse ?!!!

Bon sang nous étions passés d' une merveilleuse grossesse, baigné de bonheur, à une période d' incertitude, puis une période de grosse douleur et de peine ou nous croyons que notre enfant quelque part était comme déjà partit, et là on nous dit que nous pouvons finir cette grossesse et mettre cet enfant au monde vivant ?!!!

Nous sommes troublés, perturbés, on le serait à moins me direz vous
Nous nous rendons donc à cette écho supplémentaire, on nous re confirme le diagnostique, nous nous rendons ensuite à nouveau à la même réunion, mais là nous savions, nous ne pouvions nous résoudre à mettre fin nous à cette petite vie qui grandissait en moi, qui était tellement présente

Nous nous somems bien assurés auprès de plusieurs intérvenants médicaux que ce futur bébé ne pourrait jamais souffrir durant cette grossesse, ni pendant la naissance et encore moins pendant son départ
Nous nous sommes assurés que je ne craignais rien
Et alors nous avons refusés l' img et avons choisit cette autre possibilité, celle de continuer
Celà ne c 'est pas fait en un jour
Ils nous à fallut 1 mois 1/2 avant d' être sur de nous
Et tout ceci toujours après discution en famille, avec nos enfants, en ne leur cachant rien, toujours avec des mots simples, à leurs portés

La grossesse de notre enfant à été suspendu, en pointillés, pendant 1 mois 1/2, pendant ces 5 longues semaines nous ne savions plus
Puis jour après jour, ce bébé à grandit, il bougeait tellement, puis de plus en plus, et nous l' avions désiré si fort, attendus avec tellement d' amour, que grace au temps, avec du recul, du repos, grace au fait de poser les choses, sans précipitations, nous avons pus prendre le temps de nous renseigner, de réaliser, de réfléchir, de poser les choses et en toutes concience prendre la décision de continuer et ce sans contraintes ni force

Et nous savons maintenant, pour nous, pour notre famille, que nous avons fait le plus beau, le plus merveilleux des choix
A ma Rosa Cybel d' amour qui à su tant nous donner, nous apporter, nous t 'aimons si fort ma puce  :-*
« Modifié: 04 Février 2007 à 18:35:52 par chat-alors »
Sylvie, mamange de Rosa, 27/07/06
Maman de 8 chatons d une première union
Et d une petite panthère d une seconde union

pascale

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 94
Re : quand le couperet tombe ...
« Réponse #1 le: 06 Février 2007 à 14:26:38 »
cela fait bien longtemps que nous ne t'avions pas lu et c'est un incroyable cadeau que tu nous fais en écrivant ainsi la vie de ta merveilleuse petie fille, votre chemin d'amour depuis le diagnostic fatal jusqu'à la naissance de votre petite fille et au message d'espérance que tu nous donnes aujourd'hui. Et je sais trop bien qu'il y a des jours sombres, des jours de douleur, mais cet amour immense, cet élan d'amour de ton mari, le tien face l'inacceptable... je suis émue car j'ai ressenti moi aussi ces questions qui se bousculent, comment me t'on me proposer une chose pareil, comment parler d'un concept alors qu'il s'agit de notre enfant chéri... jusqu'à trouver l'appaisement dans cette certitude qu'aucun autre chemin ne pouvait être le nôtre. Merci encore "chat-alors" pour ce merveilleux témoignage qui aidera certainement beaucoup de parents confrontés à ce paradoxe cruel du diagnostic laetal.
Je pense bien à toi
Pascale, maman d'Adélaïde, Hilaire, Séverin, Marie-Clémentine(née le 9 février 2003, née au ciel le 10 février2003) Ferréol, Céleste