Auteur Sujet: Ne pas laisser les émotions nous ronger  (Lu 125 fois)

Marie-Silas

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 884
Ne pas laisser les émotions nous ronger
« le: 13 Février 2021 à 06:49:02 »
Quand nous vivons une grossesse difficile, ou lorsque nous perdons nos bébés, nous nous retrouvons traversé par énormément d'émotions. Elles nous prenne par surprise, elles sont parfois trop fortes, et nous ne trouvons pas toujours le moyen de  les exprimer: par peur que les autres les trouvent disproportionnées, par honte quand nous les savons un peu  irrationnelles, à cause d'une éducation qui nous a semoncé d'être forts, de ne pas pleurer, par culpabilité quand nous ressentons du soulagement alors que nous pensons devoir n'être que tristesse, et puis souvent à cause de l'entourage qui ne veut pas accueillir ce que l'on vit.
Et pourtant, tous ces sentiments font partie de notre chemin, ils ont le droit d'être, aussi contradictoires ou étranges qu'ils nous paraissent. Et nous devons les laisser nous traverser au risque sinon de se retrouver avec des tumeurs de l'âme...
 Pour ma part, c'est souvent la tristesse qui ne réussissait pas à sortir. Alors quand je sentais que ça devenait une grosse boule dans la gorge, j'écoutais une musique triste, et je libérais les larmes. Je pense aussi à ces mamans qui hurlent dans leur voiture, pour faire sortir toute leur colère.
 Et vous, chers parents, quels sont les lieux, les moments, les personnes, les rituels qui vous permettent de vivre vos émotions pour ne pas qu'elles vous  rongent de l'intérieur?

Marie, maman de Silas, né le 16.11.2014 et décédé le 24.11.2014, trisomie 13, et de Raphael, 2017

VALetsacrevettedamour

  • Newbie
  • *
  • Messages: 24
Re : Ne pas laisser les émotions nous ronger
« Réponse #1 le: 14 Février 2021 à 05:07:57 »
Bonjour Marie Silas

Pour l’instant ma petite crevette est toujours là
Mais oui j’ai besoin de hurler mon chagrin cette doubleur immense de la savoir condamnée
Dans ma voiture , qd je me gare dans mon garage , lieu de refuge lieu intermédiaire entre extérieur et la maison comme une transition entre deux périodes où il faut se contenir car on n’est pas seule à souffrir de cette situation
Après qq jours que je qualifierais de « plus reposants » la culpabilité apparaît comme tu le soulignes dans une autre discussion récente, c’est un sentiment naturel , j’ai alors besoin de me recentrer sur la réalité par peur d’être dans le déni : un bain une sieste un moment sans bruit sans rien qui n’interfère dans mes pensées avec ou sans larmes je me recentre sur l’essentiel sur ce petit être qui n’a rien demandé et ne souhaiterait pas être la cause de tant de chagrin
Je me concentre sur son existence sur les futurs souvenirs que j’essaie de créer
Je lui écris prends des photos pour elle
Je ne sais pas commment je réagirai après car le pire reste encore à venir
Quand cette peur l’envahit si j’essaie de trop la contenir j’explose dans les larmes avant de dormir je me laisse aller je ne peux pas tjs lutter contre et cela m’aide à chasser mes pensées douloureuses pour m’endormir plus paisiblement
Courage et pensées à toutes et à vos anges

Marie-Silas

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 884
Re : Ne pas laisser les émotions nous ronger
« Réponse #2 le: 16 Février 2021 à 08:45:28 »
Chère Valérie,
Merci d'être venu nous écrire ce qui te fais du bien dans cette attente si difficile de Marie.
oui, comme tu le soulignes, il est si important que les larmes puissent sortir de soi. Elles sont parfois si appaisantes.
Comme toi, beaucoup de mamans aime écrire  à leur enfant, une manière particulière d'être tout à lui.
Et comme tu le dis si bien, ces moments où on se fait du bien sont vraiment importants. On vit un tel épuisement!
Je te souhaite une douce journée,
Marie
 
Marie, maman de Silas, né le 16.11.2014 et décédé le 24.11.2014, trisomie 13, et de Raphael, 2017

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 9009
Re : Ne pas laisser les émotions nous ronger
« Réponse #3 le: 18 Février 2021 à 12:27:59 »
Chère Valerie,

Je suis très touchée de la liberté que tu te donnes pour exprimer tout ce qui te bouscule et venir nous le partager...
ce que tu vis est une situation tellement unique dans la vie et tellement bouleversante aussi....porter au creux de toi ta petite puce, déjà si malade, et la combler d'amour pour que sa courte vie soit un chant d'amour...quel chemin inouï pour ton coeur de maman...

Alors bien sûr, un terrible chagrin, le sentiment d'injustice ou de culpabilité, la peur aussi peuvent venir te bousculer dans ton quotidien avec elle...mais quelle force tu arrives à trouver pour elle...

Oui, c'est trop difficile d'imaginer le temps de l'après...personne ne peut d'ailleurs imaginer les émotions qui seront les tiennes...
Mais je peux t'assurer que TOUT ce que tu fais aujourd'hui avec ta puce sera ton premier point d'appui, un ancrage très fort pour te confirmer que tu auras bien accompli toute ta mission de maman avec elle
Et puis, nous serons là à tes côtés pour t'apporter notre soutien indéfectible...

je t'embrasse très fort en t'envoyant une très douce caresse pour ta petite puce
Isabelle 
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)