Auteur Sujet: Comment réagir avec mon aîné  (Lu 93 fois)

Julie01

  • Newbie
  • *
  • Messages: 10
Comment réagir avec mon aîné
« le: 25 Juin 2020 à 17:11:35 »
Bonjour à toutes et tous

Depuis le décès de Naël mon comportement a changé.   http://forum.spama.asso.fr/forum/index.php/topic,1917.msg46835.html#msg46835 ( notre histoire)
Je n'étais pas de nature patiente mais la c'est encore pire, surtout avec mon aîné Aiden, et ça il l'a bien compris. Il est encore jeune 2 ans et demi alors nous lui avons expliqué avec nos mots ce qui est arrivé à son petit frère, il a plus ou moins compris, on envoi des bisous au ciel pour Naël.
Il été proche de moi mais depuis quelque jours il ne veut que son papa, des qu'il doit faire quelque chose avec moi: l'heure de la douche, du repas, ou des que son papa s'en va, il se met à pleurer, réclame son papa, il se met a me taper des que je le dispute suite à une bêtise. J'ai l'impression qu'on s'éloigne loin de l'autre. Ma tête et mon cœur son entièrement tourné vers Naël, je pense bien qu'il ressent que je ne suis plus comme avant. C'est dur pour moi car l'image de Aiden me renvoie à Naël constamment, mon fils est la mais son petit frère non. C'est dur aussi pour lui de voir sa maman malheureuse, les yeux rempli de larmes toutes la journée, j'essaie pourtant de ne rien montrer mais c'est si dur de se retenir. Je suis avant tout sa maman à lui aussi et je l'aime bien évidement mais mon cœur et tellement brisé en ce moment. Je ne sais plus comment réagir avec Aiden. Comment faire pour éviter que l'on s'éloigne. J'ai besoin de conseil si un ou une de vous est passé par là.
Merci à vous qui prendrez le temps de me lire.
Julie. Maman de Aiden (23/10/2017) et Naël (né le 11/05/2020 et parti bien trop tôt le 25/05/2020) l'amour de ma vie 🤍🌟

Marie-Silas

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 664
Re : Comment réagir avec mon aîné
« Réponse #1 le: 25 Juin 2020 à 18:03:11 »
Chère Julie,
tu viens de perdre Nael, alors je crois que c'est bien normal que tout soit bouleversé en toi, que tu manques de patience, que tu sois à fleur de peau. Aiden le ressent surement aussi et ne peut pas vraiment l'exprimer à son âge, alors il le fait avec des cris et des bêtises. C'est d'autant plus dur pour toi alors que tu es si fatiguée. Je crois qu'il ne faut pas hésiter à lui redire souvent que tu l'aimes. Et puis tu n'es pas obligée de cacher tes pleurs, mais rassures le dès que tu peux quand tu es trop triste, redis lui que ce n'est pas à cause de lui, que Nael te manques mais que tu l'aimes tout autant. Les enfants sont des éponges, ils ont vraiment besoin que les choses ne soient pas cachées, et que des mots soient dit, même lorsqu'on a l'impression qu'ils ne sont pas encore en mesure de les comprendre.
Et je crois que si cela t'angoisse trop, qu'il est parfois bon d'échanger avec des professionnels, pour te rassurer, pour trouver les bons mots pour accompagner ton grand. Parce que ta relation avec Aiden remue tellement de choses dans ton coeur de maman. Ces sentiments si contradictoires sont trop lourds à porter, alors il ne faut pas hésiter à trouver quelqu'un pour t'aider... C'est vraiment dur d'éduquer un enfant, et encore plus dans ces périodes si douloureuses de notre vie...

Et puis ces phases où un enfant est concentré sur un parent peuvent être le signe d'une souffrance mais elle est peut être une tentative d'émancipation d'un petit garcon.... J'ai vécu plusieurs de ces phases chez mon grand, et c'était juste le signe qu'il grandissait.

Alors sois douce avec toi quand tu perds patience, tu es une maman tellement triste mais une maman merveilleuse, qui veut que son petit garcon aille bien, et c'est déjà énorme!
Je t'embrasse bien fort, douces pensées pour Nael,
Marie

Marie, maman de Silas, né le 16.11.2014 et décédé le 24.11.2014, trisomie 13, et de Raphael, 2017

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6257
Re : Comment réagir avec mon aîné
« Réponse #2 le: 26 Juin 2020 à 08:40:26 »
Chère Julie,

Comme c'est dur de ne pas arriver à être là pour ton aîné, comme tu aimerais le faire.

Ton coeur de maman est entre terre et ciel et ton amour est immense pour tes fils. Ils sont chacun unique et donc quand Naël n'est plus là, ton coeur est brisé malgré tout l'amour que tu as pour Aiden. Et ton ainée réagit à sa manière, comme il peut. Il sent bien malgré son âge que la vie de famille est bouleversée.

Ne t'en veut surtout pas. Tu traverses une épreuve terrible.
N'hésite pas à continuer à lui parler, à verser des larmes devant lui et si c'est trop dur, comme le suggère Marie, n'hésite pas non plus à te faire aider par un professionnel.

Je pense très fort à toi, à vous.
Nous restons à  tes côtés.
Je t'embrasse fort.
Marie


Marie.J bénévole

Yolande A.

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 74
Re : Comment réagir avec mon aîné
« Réponse #3 le: 26 Juin 2020 à 15:22:33 »
Chère Julie,

J'avais suivi de loin ton arrivée sur le forum mais je n'ai pas encore pris le temps de te répondre. Je voulais te dire que j'étais désolée de t'accueillir car c'est synonyme que tu as perdu une partie de toi et j'en suis sincèrement désolée.

Je voulais réagir face à ton inquiétude concernant ton grand depuis le départ de ton petit Naël je m'excuse par avance d'être longue mais je voulais être la plus complète possible  car c'est un sujet qui m'a longtemps beaucoup inquiété et j'aurais aimé avoir aussi des conseils. Je voulais te dire que tu n'es pas la seule à vivre cela, que tu n'es pas une mauvaise mère, que tu n'es coupable de rien et que tu essayes avant tout de survivre à cet énorme cataclysme en faisant comme tu peux. Je te dis ça sereinement aujourd'hui mais il y a 6 mois j'étais comme toi plein de doute et je m'en voulais tellement.

Je m'en voulais car je me sentais incomplète alors que jusque là ma grande m'avait comblée complètement mais voilà je suis devenue maman d'une petite deuxième et forcément ça change la vision des choses. Elle avait beau être là, présente auprès de moi avec son sourire magnifique et sa joie de vivre je ne parvenais pas à me réjouir de la chance que j'avais d'avoir déjà un enfant. C'était irrationnel. " un seul être vous manque et tout est dépeuplé"  disait Lamartine et c'était exactement ça. Je ne pensais qu'à Alice et j'essayais d'être là pour ma grande et j'ai réussi parfois mais en me forçant et je détestais ça car je ne devrai pas me forcer pour être sa maman ça devrait être naturel. Elle me réclamait sans cesse de jouer avec elle comme on faisait avant, d'inventer des histoires comme on faisait avant mais mon cerveau lui n'arrivait pas à suivre car rien n'était comme avant.

Je te dis ce qui a fonctionné pour nous en espérant que cela puisse t'aider et je peux te dire que 7 mois après ma grande à conserver son insouciance d'enfant, sa joie de vivre et a su créer elle aussi un lien indéfectible avec sa petite sœur.  J'avais pris conseil auprès de ma psychologue auprès également d'une psychologue pour enfant qu'elle avait vu et nous en avons aussi beaucoup parlé à la maison en couple pour trouver les mots et la bonne attitude avoir avec elle.

-  même si c'est dur et que les mots pour nous adultes sont crus il convient ne pas dire aux enfants que leur petit frère ou petite sœur s'est envolé, est parti rejoindre les étoiles... Il faut utiliser le mot mort et leur expliquer sa signification. Il faut leur expliquer la réalité car sinon un enfant ne comprend pas. Si on lui a dit que son petit frère était parti, dans sa tête il va se dire qu'il va revenir un jour. Dans notre cas nous lui avons dit que sa petite sœur Alice avait une maladie très grave et qu'il n'y avait aucun médicament pour la soigner son cœur a cessé de battre, elle ne respire plus, c'est ça être mort. Etre mort ça veut dire qu'elle ne va pas revenir mais elle ne souffre plus mais cela ne veut pas dire que sa petite sœur ne fait plus partie de sa vie elle vivra à jamais dans nos cœur et en regardant le ciel nous aurons toujours une pensée pour elle. Voici mes conseils :

- nous avons dans les premiers temps instauré des rituels qui sont partis petit à petit car elle en ressent moins le besoin. Au début chaque soir nous allusions une bougie que nous mettions en face de la fenêtre et je lui demandais si elle voulait dire quelque chose à Alice. Alors avec ces mots d'enfants elle lui chantait une comptine, une chanson ou des fois elle lui disait qu'elle était triste de pas la voir ou comment s'était passée sa journée ça lui a permis petit à petit de créer ce lien avec sa sœur. Nous avons aujourd'hui encore des rituels comme de temps en temps envoyer une lanterne dans le ciel ou un ballon comme elle a voulu le faire l'autre jour et nous respectons toujours ses envies.

-  nous n'avons jamais fait d'Alice un sujet tabou chez nous nous lui en avons parlé tous les jours au début. Le prénom Alice continue aujourd'hui de résonner dans nos vies et cela était important pour elle de voir que sa sœur avait une place et surtout de se rendre compte que malgré le fait que sa soeur était morte elle était grande sœur et ça c'était très important pour elle qu'on lui dise.

- nous ne lui avons jamais menti sur notre état. Quand je n'arrivais pas à jouer avec elle parce que c'était trop dur ou que j'étais triste j'ai toujours été très sincère avec elle en lui disant que j'étais triste parce que sa sœur était morte mais que ce n'était pas du tout sa faute. Alors ça ne l'empêchait pas de pleurer et de piquer des crises de temps en temps en me disant que j'étais tout le temps triste mais petit à petit elle a su s'adapter à mon état et me dire maman à quoi tu peux jouer aujourd'hui. Nous nous sommes adaptées l'une à l'autre.

- je me suis autorisée à pleurer devant elle. Dans les premiers temps je ne le faisais pas et j'en ai parlé à ma psychologue et elle m'a dit quelque chose qui m'a profondément marqué : comment voulez-vous que votre fille exprime sa propre tristesse si vous-même vous la cachez ?  Vous devez lui donner l'exemple pour qu'elle s'autorise aussi à se livrer, exprimer elle-même ses propres émotions. Et je me suis rendu compte que c'était vrai elle me voyait pleurer elle venait me consoler et petit à petit avec ses mots d'enfants elle m'a dit ce qu'elle ressentait aussi de plus en plus librement. Aujourd'hui quand elle ne va pas bien et qu'elle est triste à cause de sa sœur elle vient me le dire elle sait que je serai là pour l'écouter.

- nous lui avons acheté des ouvrages jeunesse autour du thème de la mort des ouvrages qui explique de manière tendre ce que représente la perte d'un être cher.

- nous lui avons dit qu'elle n'était coupable en rien de ce qui était arrivé à sa sœur car la psychologue nous avait dit que parfois les enfants malgré le fait qu'ils ont très envie d'avoir un petit frère ou une petite sœur peuvent à un moment donné se dire dans leur tête "je préférerais garder papa et maman rien que pour moin. C'est ce qu'on appelle la pensée magique quand on a désiré malgré nous la mort de quelqu'un et que ça se réalise. L'enfant peut croire que c'est à cause de lui qu'il est mort, alors il est important de leur dire qu'ils ne sont en rien coupable de ça.

- nous avons trouvé des relais pour faire garder notre grande quand cela devenait trop dur auprès notre famille ou amis. C'était surtout le cas dans les premiers temps où nous étions encore à fleur de peau. Nous avons des amis qui l'ont souvent pris ils avaient eux-mêmes des enfants et cela me rassurait de savoir qu'elle allait passer un bon moment. Aujourd'hui c'est moi le cas j'ai moins besoin de ses relais. Mais je tente de m'autoriser quand même de temps en temps des moments pour moi mais aussi des moments pour notre couple

- et enfin dernier conseil il faut leur dire tous les jours qu'on les aime eux bien évidemment on aime aussi leur petit frère ou leur petite sœur mais on les aime eux aussi très fort, que nous sommes fiers d'eux, que nous serons toujours là s'ils ont besoin de nous dire les choses.

Après 7 mois je peux te dire que la relation avec ma fille est quasiment revenue comme avant.  Il y a encore des moments où c'est dur où je ne suis pas en mesure de jouer avec elle comme elle le voudrait mais je lui dis et je compense avec les moments où je suis plus en forme. Je ne culpabilise plus de ne pas être justement comme avant car la vie m'inflige une chose terrible celle de devoir vivre uniquement avec un enfant dans mes bras alors que j'en ai deux dans mon cœur.

 J'espère t'avoir aider tout de même un peu, après ma fille est plus grande elle a 5 ans mais je pense que finalement quand on est sincère avec ses enfants et que l'on leur explique les choses même s'ils ne comprennent pas toujours les mots c'est toujours bénéfique pour eux.

Je te souhaite vraiment bon courage et j'ai une tendre pensée pour ton petit Naël et pour toute ta famille.

Yolande
« Modifié: 27 Juin 2020 à 10:03:45 par Yolande A. »
Maman d'une petite Inès (2014) et d'une petite Alice née le 27.11.2019 et qui est partie rejoindre les étoiles le 11.12.2019.