Auteur Sujet: Le degré de douleur  (Lu 482 fois)

Alexandra31

  • Newbie
  • *
  • Messages: 39
Le degré de douleur
« le: 01 février 2019 à 11:02:32 »
Bonjour à tous,

Je viens ici balancer une des énormités que j’entends assez souvent malheureusement depuis que j’ai perdu ma petite fille, Mia, subitement à la naissance. Son cœur s’est arrêté durant l’accouchement, à la sortie de mon ventre. Pour le moment, nous n’avons pas encore d’explications.
J’en ai ras le bol d’entendre des phrases du type : « heureusement que ça ne vous ait pas arrivé d’ici 1 mois, 1 an, 10 ans, etc. ». « Ça aurait été plus dur de vivre avec elle des années et paf! Qu’elle soit partie du jour au lendemain »... « heureusement, vous avez votre premier enfant... ou ... vous en avez déjà un ».
Je voulais dire que dans la vie en général, il y a toujours pire.
On cherche déjà en tant que parent à atténuer notre douleur en se le disant.
Mais ma peine, ma douleur, mon chagrin ne se limite pas au peu de temps que j’ai eu avec Mia. L’amour que je lui porte est infini... ma douleur l’est tout autant.
J’ai l’impression, lorsque j’entends une réflexion de ce type, qu’il existe une échelle De Richter pour notre douleur. Il ne faut pas trop que je me plaigne, il existe pire.
J’ai juste envie de dire qu’il faut se taire devant un parent endeuillé si on ne sait pas quoi dire.
Quand au fait que j’en ai déjà un, ce n’est pas à lui de porter ce fardeau, de subir mon chagrin, de compenser cette perte et le manque de mon bébé, sa petite sœur. Il ne la remplacera pas, elle ne le remplacera non plus jamais. Le fait de l’avoir m’aide à avancer, me lever le matin et à donner un sens à ma vie durant mon deuil. En aucune manière, cela atténue mon chagrin.
Ma vie je la voyais à 4 avec elle. Je me voyais lui coiffer ses longs cheveux, la  caliner, aborder l’adolescence avec ses sautes d’humeur, je l’imaginais, le cœur rempli d’amour et de bonheur, collée à son père... aujourd’hui, j’avance dans le noir sans elle. Ma vie s’est cassée la gueule comme un château de carte. Je dois le reconstruire sans elle.
Une amie me disait hier encore : « on devient maman dès qu’on se sait enceinte. A ce moment là, la vie de notre bébé prend tout son sens, se concrétise, il existe en tant qu’individu à part entière ».
Je pense à chaque maman et à chaque papa ayant perdu un bébé ...
mes pensées vous accompagnent à tous, paranges et à vos petits anges,
Alexandra
Maman d’un petit Eden, 3 ans, et d’une petite Mia née et partie le 21/11/2018

Soraya

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 143
Re : Le degré de douleur
« Réponse #1 le: 01 février 2019 à 13:44:58 »
Chère Alexandra,

J'ai lu ton histoire quand tu as posté pour la première fois mais étant dans une phase difficile je n'ai pas su t'accueillir, je le fais ici ce ligne de discussion que me parle tellement.
Malheureusement bienvenue dans ce monde que personne ne peut comprendre sans y être passé.
Tes mots, tes espoirs avec ta petite Mia m'ont donné des larmes tant ils débordent d'amour, c'est magnifique !
Pour ce qui est des autres, ne t'en soucies pas, cette douleur est la tienne, oui on est maman dès que l'on sens cette vie grandir en nous, toutes les mamans devraient comprendre cela, mais non, notre chagrin dérange, il fait peur.
Encore maintenant, 8 mois après, j'ai ce besoin toujours de me justifier de mon état émotionnel, et que c'est bon de s'entendre dire que c'est légitime, que nous avons subi un traumastisme et qu'il faut en passer par là.
Pour la petit anecdote encore ce matin, ma tante me disait qu'un maman venait de perdre son deuxième bébé à terme, mais qu'elle allait bien !!
OK, comment sais tu qu'elle va bien, moi aussi quand on me voit on pense que j'ai remonté la pente, mais non, non, non, je me bats touts les jours contre moi même.
Tout ca pour dire que pour les autres nous devrions passer à autre chose, mais quand une femme perd son mari lui dit-on c'est pas grave tu en trouveras un autre !
Dis toi aussi que les autres ne le font pas délibérément, ils sont souvent désemparé et ne savent pas quoi dire, on aurait surement fait pareil à leur place, explique leur la place qu'a Mia dans ton coeur, dans votre famille, montre leur les photos, fais la exister.
Ne te laisse pas envahir par la colère, nous avons déjà assez d'émotions à gérer, mais sereinement fait entrer Mia dans ta famille.
Es tu suivi par un professionnel ?
Tu as une super attitude face a ton premier, lui aussi peut expliquer à votre entourage qu'il a une soeur, et qu'elle compte pour lui.
Voilà quelques pistes qui pourront peut etre te soulager.

Je t'embrasse Chaleureusement

Soraya
maman de Camire, Bilel et ChaÏd mort né le 20 mai 2018 (T21)

Helen31

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1397
Re : Le degré de douleur
« Réponse #2 le: 02 février 2019 à 10:48:31 »
Chère Alexandra...

comme les mots que tu reçois sont insupportables!!!Tu as le droit de dire que tu en as marre...ce ne sont pas des mots de réconforts...oublie les, mets les à la poubelle!!

Il me semble que les gens ne savent pas quoi dire et ne savent pas se taire...souvent leurs intentions ne sont pas mauvaises, ils disent quelque chose pour tenter de minimiser ce deuil, de le banaliser, plutôt que d'accueillir ce deuil que tu vis et te dire qu'ils pensent fort à toi ... c'est beaucoup de maladresse de leur part...et je comprends que tu n'en ai pas envie, tu as besoin qu'on prenne soin de toi, qu'on te protège...

Et je confirme...le fait d'avoir un autre enfant n'allège pas ta peine! Ton grand et Mia sont 2 enfants, et tu pleure celle que tu as perdu! Bien sûr, tu as un enfant vivant, il t'occupe au quotidien, il fait sans doute ta joie aussi...pour autant, son existence et le fait qu'il vive ne vient pas supprimer la douleur d'avoir perdu ton bébé. Le coeur d'une maman est grand et tes enfants sont dans ton coeur...avec des sentiments pour l'un et l'autre, et ses sentiments contradictoires cohabitent : la joie d'avoir ton garçon et la douleur d'avoir perdu Mia...

C'est tout cela la difficulté du quotidien...affronter les réflexions de l'entourage, des personnes que tu croises, alors que tu n'aurais besoin que de réconfort, de bienveillance et de douceur...

SI cela te pèse, tu peu réfléchir à des petites phrases "toutes faites" que tu pourrais répondre pour clore la discussion et éviter ces réflexions...c'est quelque chose qui peut t'aider et te permettre de choisir les personnes avec qui tu souhaite en discuter...

Je te souhaite un doux we...et t'embrasse bien fort.

Hélène

Alexandra31

  • Newbie
  • *
  • Messages: 39
Re : Le degré de douleur
« Réponse #3 le: 02 février 2019 à 11:01:21 »
Bonjour Soraya et Hélène,

Merci pour vos messages et vos mots. Je sais qu'il y a bien un endroit où l'on peut me comprendre et c'est ici.
Je vous épargne les autres maladresses et comportements bien tristes vu les circonstances mais ce genre de phrases sont malheureusement redondantes. Parfois, ma colère veut s'exprimer et les envoyer balader. Mais je sais qu'au fond de moi, certaines personnes ne pensent pas à mal. Je me dis souvent que j'ai peut être été à leur place un jour sans savoir de quoi je parlais. Pour les autres, celles que je sens à la limite de la méchanceté, je ne souhaite plus leur parler. Je file me protéger.
Je vous embrasse ,
Douce journée,
Alexandra
Maman d’un petit Eden, 3 ans, et d’une petite Mia née et partie le 21/11/2018

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5842
Re : Le degré de douleur
« Réponse #4 le: 02 février 2019 à 12:40:23 »
Chère Alexandra,

Je vois que tu n'as pu "échapper" aux phrases si douloureuses à entendre.

Oui les personnes sont bien maladroites et le silence est préférable.

Quant aux personnes dont les paroles sont méchantes, oui protége-toi d'elles.
 
« on devient maman dès qu’on se sait enceinte. A ce moment là, la vie de notre bébé prend tout son sens, se concrétise, il existe en tant qu’individu à part entière ».
Tout est dit.
Ton coeur de maman est déjà rempli d'amour pour ton enfant. Comment alors ne pas le pleurer, comment ne pas souffrir lorsqu'il décède ?

Je pense à toi, à ta famille.
Que cette journée te soit douce
Je t'embrasse fort.
Marie

Marie.J bénévole

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8357
Re : Le degré de douleur
« Réponse #5 le: 04 février 2019 à 09:09:33 »
Oh, oui, Alexandra, comme ces paroles sont dures et éprouvantes à entendre, au-delà d'être inutiles et fausses....

comme toi, j'ai l'impression que l'entourage a besoin d'une échelle pour évaluer notre douleur et surtout pour se rassurer eux-mêmes...."oh, cela ne peut pas être si grave...."

Et bien, si, c'est terrible de perdre un enfant quel que soit son âge.....nous les parents, on n'est pas fait pour perdre son enfant....il y a comme une inversion dans l'ordre des générations qui est terriblement violente à vivre....

comme tu as bien fait de t'en débarrasser ici....oui, bien sur, la plupart des personnes ne pense pas à mal et sont juste très maladroites....
je t'envoie tout plein de douceur et d'affection
Isabelle 
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

Delph77

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 94
Re : Le degré de douleur
« Réponse #6 le: 05 février 2019 à 10:32:02 »
Chère Alexandra,

Quand on me sort des trucs comme ça je ne me gêne plus pour repondre. On me sort : c'est mieux comme ca  ou que ca aurait ete plus dur s'il avait vécu! Je leur reponds : ah bon? Et comment te sais ça toi? Qui tu es pour savoir ce qui est mieux ou pas? Comment tu peux savoir que j'ai rien vécu avec mon fils? C'est mieux pour toi ou pour moi que mob bébé ne soit plus là? Ca te donne meilleure conscience parce que t' aurais pas supporter de te retrouver devant un bébé malade? Comment tu peux savoir ce que je ressens? J'aurais donné n'importe quoi pour m'en occuper si sa maladie l'aurait permis.
Je ne me gène plus pour leur dire comment ca se passe quand on est mamange et comment notre vie a basculé. Comment l'amour qu'on porte à notre enfant au finalc'est ce qui nous fait continuer d'avancer. Mais mon dieu comme ca fait mal d'avoir les bras vides, le ventre vide. Comme son absence est juste une brûlure à vif que rien ne peut eteindre. Comme mon corps et mob coeur de maman le réclame a corps et a cri. Comme j' en ai marre de me réveiller la nuit en larmes parce que je tenais mon bebe dans les bras et que ce n'eyait quun reve.

C' est trop dur! Désolée je me suis lâchée sur ton post.

Je pense fort a vous les mamanges qui affrontent chaque jour ce manque cruel.

Delphine

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8357
Re : Le degré de douleur
« Réponse #7 le: 07 février 2019 à 12:37:33 »
Oh, Delphine, comme tu as bien fait de te lâcher...
c'est insupportable, ces commentaires des autres qui nous disent que c'est mieux comme ça....

oui, parfois, on n'a pas d'autres moyens pour s'en protéger que de leur répondre vivement ou de les écarter  de son chemin....
car aujourd'hui, tu as bien assez à porter....oui, cette douleur des bras vides est terrible à vivre...c'est la même douleur qu'une amputation....car c'est bien cela que nous vivons...

je comprends que tu pleures à ton réveil quand tu as dans tes rêves ton petit Bonhomme avec toi...peut-être est-ce comme des petites visites qu'il vient te rendre pour essayer d'apaiser la violence de cette séparation...moi aussi, j'ai souvent rêvé à mon petit Emmanuel...et cela m'apaisait d'avoir reçu comme une petite visite de sa part....

Je t'embrasse bien fort
Isabelle
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

Alexandra31

  • Newbie
  • *
  • Messages: 39
Re : Le degré de douleur
« Réponse #8 le: 10 février 2019 à 09:23:51 »
Bonjour Delphine,

Tu as eu bien raison de te lâcher sur ce post car il était ouvert pour cela.
Les gens peuvent être tellement maladroits !! et comme tu le dis si bien, ils ne sont pas dans notre tête et dans notre coeur.
Ce genre de remarque nous permet justement de leur exprimer ce que nous ressentons. Et je suis d'accord avec toi : il faut leur dire. D'une part, il faut qu'ils soient conscients de ce que nous traversons. D'autre part, car ce n'est pas à nous d'être attentif à ce qu'ils ressentent mais plutôt l'inverse. Nous ne devons pas garder en nous de ce genre de remarque et la colère que cela engendre.
Nous avons tellement déjà à subir qu'il ne faut pas en plus s'en rajouter.
Douces pensées pour toi et ton petit ange,
Alexandra
Maman d’un petit Eden, 3 ans, et d’une petite Mia née et partie le 21/11/2018

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5842
Re : Le degré de douleur
« Réponse #9 le: 12 février 2019 à 10:57:06 »
Chère Delphine, chère Alexandra,

Le forum est fait aussi pour ça, pour exprimer la colère devant les réflexions de l'entourage.

Ces personnes ne se rendent pas compte de ce qu'elles disent et Delphine, tu as la force de leur répondre, de leur faire réaliser l'énormité de leurs propos.
Vous avez tellement besoin de soutien, de douceur devant un tel drame.

Je pense très fort à vous et vous embrasse.
Marie


Marie.J bénévole