Auteur Sujet: Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après  (Lu 1975 fois)

Noëlle

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 72
Bonjour à celles et ceux qui me liront,

Voilà une question que je me pose: C'est comment continuer à vivre quand on n'arrive pas à avoir d'enfant après? ou après un décès et des fausses couches à répétition, ou plusieurs décès?
Je n'ai jamais trouvé de témoignage à ce sujet.
De notre côté, nous avons une petite fille qui est décédée il y a un peu plus de trois ans maintenant...  A l'époque, le médecin qui m'avait accouché, m'avait recommandé d'attendre 1 an car j'avais accouché par césarienne. Nous avions trouvé un compromis, nous avions attendu 8 mois... Ensuite, j'ai fais quatre fausse couches en 2 ans... J'ai fais des examens, nous avons fait un caryotype,  il n'y a aucune explications... Je vais faire 35 ans dans l'année, l'horloge tourne...

Comment continuer, c'est régulièrement une question que je me pose...  ???  ??? Parfois, je me dis, je n'en plus, je ne peux pas continuer comme çà... C'est un sujet qui est parfois douloureux à aborder, en tout cas pour ma part, car il y a comme une honte, et un sentiment d'incompréhension et pourtant je pense avoir travaillé dessus.
J'ai entendu beaucoup de choses: qu'il fallait moins y penser... Je suis d'accord, mais ce n'est pas facile...
Les médecins n'ont pas non plus, vraiment de solution...Une, m'a par contre aidé à me déculpabliser après ma deuxième fausse couche...
 
Nous avons beau avoir eu une première enfant qui va bien, cela reste compliqué car je vois les années défiler. Même l'anniversaire de ma grande cette année m'a fait mal... La seule solution, que j'ai trouvé aujourd'hui, c'est de peindre de temps en temps des tableaux sur le deuil, pour moi c'est thérapeutique, car pour le moment, je n'ai plus envie de ressasser le passé avec un psychologue.

J'aimerai connnaître les ressentis des uns et des autres qui sont ou ont pu être concerné par cela.
Ceux qui ont réussis, ceux qui se sont résigné et vivent sans cet enfant d'après.

Notre première fille (6ans) , parle librement de sa petite soeur du ciel, mais à l'école elle voit les copains copines, qui ont des frères et soeurs qui viennent au monde... et nous réclamme un petit frère ou une petite soeur... Quelque part, cela ne fait qu'alourdir notre douleur et ce sentiment "d'anormalité" parfois.

Bises,

Noëlle


« Modifié: 18 Juin 2017 à 18:32:44 par Noëlle »

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6329
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #1 le: 19 Juin 2017 à 09:13:51 »
chère Noëlle,

Tu as bien fait d'ouvrir ce sujet bien douloureux ici.
Votre désir d'un nouvel enfant qui ne vient pas est une nouvelle épreuve à surmonter.

J'espère que des parents te liront et viendront partager leur sentiments et te porter.
je pense très fort à toi et t'envoie toute mon affection.

Que cette journée te soit douce.
Je t'embrasse.
Marie

Marie.J bénévole

Samuelnotreange

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 178
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #2 le: 19 Juin 2017 à 16:20:27 »
Bonjour Noëlle,

Un grand merci pour avoir ouvert une discussion sur ce thème si douloureux et dans lequel je me suis  retrouvée.
Samuel est mon premier enfant, je l’ai eu à l’âge de 36 ans et nous avons profité de lui pendant 4 journées magiques.
Avant lui, j’ai fait une fausse couche, première grossesse après 7 mois d’essais puis le couperet qui tombe lors de la première échographie, œuf clair.
Nous avons attendu 6 mois, puis je suis tombé enceinte de Samuel directement au premier essai.
Après la naissance de Samuel, nous avons attendu 6 mois du fait de la césarienne pour retenter l’aventure. Je suis tombée enceinte dès le 2ème mois et cette fois-ci aussi cela s’est soldé par une fausse couche dû à un œuf clair. Une fois de plus, j’ai dû subir un curetage car les choses ne se sont pas faites toutes seules.
Nous avons ressenti le besoin de souffler urgemment donc nous avons de nouveau pris une pause de 6 mois. Depuis 2 mois nous nous relançons dans l’aventure et mes hormones font du yoyo et c’est rageant !
Alors merci d’avoir écrire ces lignes car je me retrouve totalement dans tout ce que tu écris. Aujourd’hui, mon cerveau et moi-même sommes d’accords sur le fait que je n’ai aucune responsabilité sur ce qui nous arrive mais la souffrance n’est pas moindre.
J’ai aussi fait un gros travail psychologique centré tout d’abord sur le départ de mon enfant, après la difficulté à avoir un second enfant, je ne souhaite pas forcément trop intellectualiser car ma psy va un peu loin dans sa manière de penser et je ne partage pas
Sur le fait de se résoudre à ne pas avoir d’autre enfant, je n’en suis pas là et j’espère de tout cœur pouvoir donner tort aux expériences cuisantes des 2 fausses couches. Comme toi, j’ai fait de nombreuses analyses et à l’heure actuelle, le gynécologue spécialisé dans ‘la reproduction’ (nous avons décidé de nous adresser directement à des spécialistes) me demande de chercher encore de manière naturelle pendant 6 mois mais 6 mois, ça veut dire 38 ans, et ça veut dire 6 mois d’espoir, de possible déception, d’attente et c’est difficile. Je pense notre couple solide mais nous souffrons tout de même au passage. Passé ce délai, nous avons émis la possibilité de nous dériver vers une FIV. Je ne connais pas le mode de fonctionnement en France (et je ne m’étais jamais posé de genre de questions) mais ici, en Argentine, nous sommes rapidement pris en charge pour trouver une solution, surtout si notre histoire démontre que nous avons pu avoir un premier enfant.
Cette perspective qui ne m’enchantait pas au début me laisse à réfléchir. Je me dis pourquoi pas finalement ? Cette souffrance de l’attente, puis de la déception, puis de la honte est épuisante et pour le moment, je ne me vois pas me retrouver de nouveau dans un service maternité pour subir un curetage pendant que j’entends des enfants babiller dans les chambres d’à côté. Je commence à être sérieusement usée de rentrer à la maternité et de sortir les bras vides et le cœur crevé
Tu n’es pas seule et j’imagine très bien le ressenti même si les fausses couches que j’ai subies ne sont pas au nombre de 4 et se sont faites à des moments différentes.
Ce sujet est tabou, tu as raison et en plus de se sentir mal, on le tait car nous avons honte de notre situation.

Je suis de tout cœur avec toi et te remercie encore d’être venue partager ton ressenti car malgré le côté ‘tabou’ du sujet, en parle et savoir que nous ne sommes pas seules est libérateur. Merci Noëlle d’avoir eu le courage d’écrire ces lignes.

Je t’embrasse très tendrement


Sabrina

Sabrina, maman de Samuel, notre ange né le 16 avril 2016 et nous a offert 3 jours d'émotion intense avant de s'endormir paisiblement dans nos bras (trisomie 18)

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8866
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #3 le: 20 Juin 2017 à 08:57:13 »
Chère Noelle,
chère Sabrina,

Merci, merci d'être venues toutes les deux partager autour de ce sujet tellement délicat mais si lourd pour votre coeur de mamans...

Oui, on en parle peu, mais c'est une réalité que beaucoup de parents connaissent ou ont connu....
Et puis les sentiments complexes de culpabilité, d'anormalité, d'incomplétude se mêlent au chagrin de ces fausses-couches à répétition...
Sans parler de la pression de ses ainés, celle de l'entourage parfois, des amis aussi....
et les interprétations parfois "sauvages" des psy....non, on n'a pas à se faire imposer ces versions d'interprétations qui peuvent nous faire tant de mal....j'ai bien aimé vos réactions et l'expression de votre liberté face à tout cela...

Car la plupart du temps, il n'y a pas d'explication, pas de réponses médicales à nos "Pourquoi" incessants...chaque naissance restant comme le miracle de la vie, tant il faut de conditions incroyables pour aboutir à la naissance d'un bébé....

Alors, je viens vous souhaiter à toutes les deux de pouvoir vivre dans une forme d'apaisement ce temps bien difficile à traverser...sans culpabilité, sans sentiment négatif à votre égard.....vous êtes des mamans merveilleuses, éprouvées par la vie...alors il est bien normal d'être stressées par cette attente....mais soyez très douces avec vous même...car si cela doit arriver, cela se fera....laissez le temps faire son oeuvre....

Je vous embrasse très fort et vous adresse tout mon soutien le plus sincère
Isabelle
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

bebeantoine

  • Full Member
  • ***
  • Messages: 160
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #4 le: 20 Juin 2017 à 10:17:05 »
Bonjour Noelle.
Je suis dans le même cas que toi moins les fausses couches et le fait d'être plus âgée... mon "grand" à 6 ans et demi.  😉.oui ce n'est pas facile surtout quand il y a pas mal de mamans enceintes dans l'entourage... bon courage.  Je pense à toi.  Bénédicte
maman de Gabriel :02 /11/10
.               Antoine: 14/03/14 ( trisomie 16 sur le placenta et absence de liquide amniotique)

HélèneTh

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 1643
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #5 le: 20 Juin 2017 à 22:43:45 »
Bonjour Noëlle, Sabrina, Bénédicte

merci d'avoir ouvert et réagi à ce sujet si peu évoqué et pourtant bien réel.
Une fausse couche est déjà une épreuve en soi. Mais quand elle survient après le décès de nos bébés, quand l'espoir d'avoir un autre enfant est là, et surtout le désir profond d'accueillir à nouveau la vie, la douleur est encore plus prégnante, avec un tel sentiment d'injustice.
A nos pourquoi, il n'y a bien souvent pas de réponse. Cela reste le mystère de la vie.
J'ai fait 2 fausse-couches après le décès de mon 3° enfant, dont une ayant nécessité un curetage. C'est éprouvant, psychologiquement surtout. Une énorme frustration, un espoir déçu à nouveau... Arrivée à l'âge de 42 ans j'ai accepté l'idée de ne pas avoir d'autres enfants, j'avais aussi 2 grands de 20 ans et 15 ans. Il devenait nécessaire que je me préserve (anémie). Il m'a fallu travailler sur ce désir non comblé, et comment le transférer sur d'autres motivations pour retrouver une pleine saveur à l'existence. Ca n'a pas forcément été évident. On apprend le lâché prise, l'humilité... Aujourd'hui je me sens en paix avec ça.
La vie offre aussi de belles surprises, parfois quand on ne s'y attend pas ou plus...
Je vous souhaite, sincèrement, qu'elle vienne combler vos coeurs de mamans plein d'amour.
Soyez douces avec vous mêmes, écoutez-vous. Nous avons chacun nos ressources propres. Mais c'est important de pouvoir partager sur ce sujet, de se sentir moins seule.
Je vous envoie mes pensées les plus affectueuses.

Hélène

Hélène, maman de Zachary (1993), Korentin (1998) et Titouan notre lumière (né sans vie le 26 août 2008, trisomie 18)

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8866
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #6 le: 21 Juin 2017 à 08:34:39 »

Merci, Hélène, pour ton témoignage tout en délicatesse...

Oui, Bénédicte, ce n'est vraiment pas facile à vivre quand tu es entourée de mamans enceintes....cela exige beaucoup de douceur pour soi et de générosité pour les autres...je te souhaite aussi bon courage pour traverser cette nouvelle période bien difficile pour toi...

je souhaite vraiment que d'autres témoignages puissent venir enrichir cet échange qui me semble tellement important pour que tout le monde puisse venir ici et se sentir accompagné, compris dans ce qu'il vit de particulier

en lien de coeur avec vous toutes
Isabelle

Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

Bénédicte

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5143
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #7 le: 22 Juin 2017 à 11:10:14 »
Chères mamans

merci d'être venues mettre des mots sur ces fausses couches qui restent présentes dans vos coeurs des mamans. Elles s'inscrivent profondément , elles représentent tant d'espoirs déçus et de terribles chagrins. Une vie qui s'arrête quand le désir de l'enfant est si grand...
je pense bien fort à chacune de vous qui vivez ces moments douloureux et merci à toi Hélène de nous dire aussi qu'il est possible de s'apaiser progressivement même si on oublie pas.
Je vous embrasse toutes bien fort
Bénédicte
Maman de Mathilde, Alice, Eloïse, Bertille née le 12 avril  et décédée le 10 juillet 2004 (trisomie 18) et de Inès.

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8866
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #8 le: 28 Juin 2017 à 09:00:27 »
Coucou à toutes,

tout en répondant à Anne-Sophie et Amandine sur le thème de la conférence de Christophe Fauré, je pensais à vous toutes qui n'arrivez pas à avoir un autre enfant....et à celles qui n'ont pas pu en avoir....

je fais partie de ce lot-là et c'est vrai que c'est une épreuve à vivre....dans mon cas, j'avais la chance inouïe d'avoir déjà des grands quand j'ai attendu Emmanuel....mais rester sur ce décès a été lourd pour mon coeur de maman...

j'espère que d'autres mamans pourront venir témoigner de ce qu'elles ont pu vivre....

en lien de coeur avec vous toutes
Isabelle
Isabelle
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

Noëlle

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 72
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #9 le: 02 Juillet 2017 à 11:21:59 »
Bonjour à toutes,

Je voulais tout simplement vous remercier à chacune pour vos réponses.

Sabrina, J’imagine bien combien c’est difficile. Je me retrouve beaucoup dans ce que tu racontes, dans le sens où après ma première fausse couche, soit presque 10 mois après le décès de ma fille, j’ai ressentis aussi le besoin de souffler, je pensais ne plus vouloir d’enfants, tellement j’étais blessé et en souffrance, et ça a été très compliqué. Je suis de tout cœur avec toi, et moi aussi, je te souhaite que les choses évoluent comme vous le souhaitez. Je comprends tout à fait que ce soit rageant que tes hormones fassent du yoyo. Pour la FIV, la médecin qui me suit, a abordé un peu ce sujet-là et nous a laissé entendre qu’en France, apparemment c’est compliqué… Il y a de l’attente… Reste l’Espagne, et apparemment, d’après ce que j’ai entendu par ailleurs, c’est un sacré budget… Sinon, il y a l’espoir, qu’un jour la vie nous écoutera…

Bénédicte, nos enfants sont à peu près du même âge. Oui, je suis d’accord avec toi que ce n’est pas facile quand il y a des femmes enceintes dans l’entourage. Je me désole parfois de la facilité de certaines à tomber enceinte… Même si j’essaie de prendre sur moi, il y a un sentiment d’injustice…

Hélène et Isabelle, merci pour vos témoignages. Je comprends tellement, comment c’est difficile de rester sur le décès de son enfant, et de ne pas redonner vie après, et tous les sentiments qui nous habitent. Cela m’a fait du bien, de lire, que l’on pouvait apprendre à apprécier la vie, et être en paix un jour avec ça.

Alors merci à toues, et merci à Marie et Bénédicte pour votre soutien.

Douces pensées à nos enfants...

Bises,

Noëlle

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8866
Re : Quand on n'arrive pas à avoir d'autre(s) enfant(s) après
« Réponse #10 le: 04 Juillet 2017 à 09:34:32 »
Merci, à toi, Noelle pour ton message où tu réponds à tout le monde....

Oui, la vie est parfois bien difficile....on peut avoir le sentiment d'une certaine injustice quand on voit comme certains couples ont si facilement un enfant et ne savent même pas savourer leur chance....

alors je te souhaite de garder une paix intérieure pour ne pas te laisser envahir par ces sentiments négatifs.....on peut mettre une certaine distance intérieure quand c'est trop difficile....je pense que c'est une bonne façon de se protéger et cela permet de pouvoir savourer les petites pépites de sa propre vie....

je t'envoie plein de courage et de force, avec un beau soleil pour les vacances...

Oui, Douces pensées pour tous nos petits
Isabelle
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)