Auteur Sujet: notre histoire  (Lu 2029 fois)

olivierdantoine

  • Newbie
  • *
  • Messages: 12
notre histoire
« le: 14 Octobre 2015 à 22:00:00 »
Je vais partager avec vous notre histoire, vue de mon œil de papa...

Tout commence en 2009, quand je rencontre Bénédicte, qui me rejoint à Val d'Isère, où je travaille. 5 mois après notre rencontre, un mois après notre mariage un petit squatter décide de s'installer dans son petit bidon : c'est Gabriel, qui naîtra en novembre 2010. Au passage je précise que votre serviteur ici présent est un anxieux, psychorigide etc... et que la venue de gabriel fut assez angoissante (20 heures de travail et gabriel sorti à la ventouse en urgence... nous étions à 15 mn de la césarienne.

En décembre 2012, nous déménageons sur Gien, pour mon nouveau travail chez le producteur d'électricité historique. En Septembre- octobre 2013 Bénédicte trouve un travail d'aide soignante avec des horaires assez corrects pour ce type d'emploi. Au bout d'un mois et quelque Bénédicte souffre d'un lumbago pendant 3 semaines qui la plie en deux.
A cette occasion nous découvrons la présence d'une surprise inattendue, Bénédicte est enceinte à bientôt 44 ans !
Bénédicte signale sa grossesse à son employeur qui la vire au bout de la période d'essai en raison de ... sa grossesse. Je ne saisis pas les prudhommes pour ne pas la "griller" mais on voit déjà le peu de respect pour les femmes dans le travail...
A 12 semaines, la prise de sang (tests sériques) dévoile qu'il y a un problème. Au stress du nouveau boulot s'ajoute une inquiétude majeure, additionnée de la pression du gynécologue pour une amniocentèse, que nous refusons, face aux statistiques, notamment au vu des risques liés à ce type de geste, sachant que nos convictions de toute façon nous amèneraient à privilégier la vie quel que soit le problème de l'enfant.
Nous sommes déjà plongés dans le doute et le souci.
Arrive l'échographie morphologique de la 22ème semaine... depuis quelques temps Bénédicte n'est pas en forme.
Nous allons ensemble chez le gygy (le seul ou presque dans notre désert médical du Loiret) et là grand silence, le gynéco nous annonce qu'il y a un problème... Le placenta a pris quasiment tout l'espace réservé à Antoine qui a peu de liquide amniotique.
Il nous prend un rendez-vous pour 9h30 à l’hôpital Necker enfants malades le lendemain.
Nous faisons venir en urgence la belle-mère et partons le lendemain matin à 4h45 du matin pour tenir compte des embouteillages et arrivons pile à l'heure du rdv. Nous sommes accueillis de façon mitigée, notre souvenir marquant sera celui d'une interne brusque aussi bien dans ses paroles que ces gestes (pourquoi pas d'amniocentèse etc... alors que c'est pas le moment de nous assommer). Le docteur ou professeur qui la pilote effectue l'échographie. Bilan : Bénédicte doit faire un prélèvement de placenta (et je ne peux l'aider en étant avec elle) et le pronostic est plutôt pas bon.
Nous repartons assommés et je me raccroche comme un dingue à la toute petite lueur d'espoir qu'Antoine puisse atteindre le stade de la grande prématurité... je n'ai voulu entendre /comprendre que quand on dit que le doppler ne montre pas/peu d'échanges placentaires... que c'est fichu.
Sur l'autoroute du retour, Bénédicte se sent mal... elle me hurle arrête-toi, arrête toi...  je renâcle une ou deux secondes et nous arrête sur la bande d'arrêt d'urgence qui fait à peine la largeur de la voiture... Bénédicte se jette/tombe dans le fossé en vomissant un peu. je suis impuissant je ne peux sortir, les 38 tonnes lancés à peine vitesse nous frôlent. Nous sommes mardi.
Retour à la maison.
Mercredi, Bénédicte a toujours de la tension stratosphérique qui monte à 17/10, encore plus fort que les jours précédents. En début d'après -midi elle me fait revenir du travail tellement elle est pas bien et nous allons aux urgences de Gien.
La gynéco réalise l'écho. qui est assortie d'un silence lourd. Nous apprenons qu'Antoine est mort in utero. suivent les pleurs et ensuite de prendre en main la suite... nous demandons à être orientés vers Neckers le lendemain en ambulance.
Suite dans le message suivant...
Mari de Bénédicte, papa de Gabriel né en 11/2010 et d'Antoine né sans vie le 14/03/2014

olivierdantoine

  • Newbie
  • *
  • Messages: 12
Re : notre histoire
« Réponse #1 le: 14 Octobre 2015 à 22:55:39 »
Des ambulanciers nous prennent en charge devant la maison. Ces deux hommes font tout ce qu'ils peuvent pour nous changer les idées.. offrent les croissants, nous racontent leurs anecdotes scabreuses et hilarantes d'ambulancier, ce qui nous permet d'arriver avec un peu de sourire (!) à Necker. Nous y sommes d'abord accueillis un peu comme des chiens dans un jeu de quilles, puis pris en charge avec plus délicatesse. Toutefois on fait comprendre à Bénédicte qu'elle devra prendre des médicaments pour déclencher l'accouchement et qu'elle devra revenir par ses propres moyens samedi ou dimanche (nous sommes alors jeudi!) -> Gloups.
Nous sommes dirigés vers les urgences de Necker où nous devons longuement patienter au milieu des mamans enceintes jusqu'aux yeux et heureuses. Bénédicte bout et moi aussi... et tout d'un coup Bénédicte perd les eaux et me le signale. Les infirmière la prennent en charge et me virent quand je m'inquiète en voyant ces eaux qui ressemblent plus à une hémorragie.
Là il n'est plus question de repartir.
Nous allons à l'étage maternité pour préparer l'accouchement. Bénédicte est dans un fauteuil roulantet le brancardier privilégie un trajet qi évite de rencontrer des bébés... bien vivants et leurs mamans épanouies. ce ne sera pas le cas de celui qui nous emmèra en salle d'accouchement. Discrètement, sans le dire à bénédicte je signale que notre chambre est très ma placée, en face de la nurserie. Nous serons changés de chambre un peu plus tard.
J'ai oublié de dire que nous avons été pris en charge avec sensibilité et délicatesse par une infirmière spécialisé dans l'accompagnement des IMG/MFIU/ Décès IU qui nous transmet un livret sur le deuil prénatal... d'emblée nous rejetons en lisant lelivret la prise en charge du corps de notre petit par l'AP*HP.
Vient le jour de l'accouchement ou pendant que Bénédicte en bave j'appelle des pompes funèbre pour des devis (en salle d'accouchement) ce qui est particulièrement schizophrénique... En évoquant celà avec mon père, celui-ci se révèle très brusque en me disant (je résume...) qu'il est aberrant de se ruiner en frais d'obsèques pour un petit qui n'a pas vécu. gloups)
Bénédicte acccouche d'Antoine, nous écoutons ensemble Jeff Buckley au casque en union. Au passage nous avons refusé l'apprentie sage*femme pour ce moment délicat.
Nous avons demandé la présence de l'aumonier qui se briefe avec l'équipe soignante.. nous serons épatés par ce petit bonhomme qui ne paie pas de mine et qui rayonne de force intérieure.
Nous pouvons voir Antoine (j'ai lu auparavant qu'il valait mieux voir son enfant pour éviter un deuil pathologique// l'imaginaire fantasmé peut rendre dingue...) mais je n'ai pas le courage de le voir immédiatement. je le verrai dans les bras de Bénédicte qui le porte avec toute sa tendresse de petite mère. l'aumonier nous accompagne dans une pteite cérémonie prière qui nous a apaisés, même moi le catholight.
un soir je vais chercher vêtements pour Bénédicte au C&A de Montparnasse et en profite pour acheter un petit bijou à bénédicte .. j'éclate en pleurs quand j'explique l'occasion du bijou dans la conversation avec la vendeuse.

Samedi, suite à certaines explications données par l'aumonier nous sommes toujours douloureusement partagé entre faire des obsèques à notre petit avec une tombe à gien ou confier son corps à necker. Bénédicte est trop fatiguée, elle n'est pas en forme ce samedi. Je pars voir le cimetière de thiais et lui dire avec photos si le lieu pourrait respecter/porter sa mémoire.
Suite à ça nous décidons que necker se chargera de lui et de sa crémation avec ses autres malheureux petits copains. Dimanche en partant, nous passons par la morgue pour dire au revoir à Antoine, et là nous éclatons en pleurs. Le personnel en charge l'a installé dans un petit couffin avec beaucoup d'attention, le revoir et ce geste de respect, d'amour nous émeut partciculièrement. L'infirmier de la morgue nous conforte dans notre choix, il est en rébellion avec le death-business...
Suite dans un autre message (je crois que j'avais besoin de beaucoup écrire)...
Mari de Bénédicte, papa de Gabriel né en 11/2010 et d'Antoine né sans vie le 14/03/2014

olivierdantoine

  • Newbie
  • *
  • Messages: 12
Re : notre histoire
« Réponse #2 le: 14 Octobre 2015 à 23:09:23 »
Entre temps il a fallu faire les gestes d'état civil... en salle d'accouchement les Sf se sont trompées et ont mis le prénom de Gabriel, notre petit bien vivant lui, auquel nous nous sommes raccrochés en parlant beaucoup de lui. Correction sans le dire immédiatement à Bénédicte.
Suit une semaine d'atterrissage à la maison , une messe à Gien où ma belle-mère sort une fortune alors que nous ne serons que 10 environ (deux voisins qui chantent, belle-mère, beau frère, gentille dame de la paroisse... mon chef(!)) et les curés locaux qui règlent leurs compte avec nous dans leur sermon au lieu d'en faire à la portée de Gabriel comme demandé...) Ma famille nous a envoyé des fleurs mais ne vient pas./ ne peut pas venir.

Mon boulot à la centrale m'autorise à prendre des congés et j'ai décidé d'emmener la famille en Corse pour se requinquer au soleil que nous n'aurons que peu...
Ce sera l'occasion de nous recentrer sur notre famille, avec Gabriel qui nous tire vers la lumière,nous profitons de sa joie d'être avec ses parents et de faire quelque chose d'inattendu et d'exceptionnel pour lui: voyage en avion, location de voiture, quelques visites sur l'île...
Mari de Bénédicte, papa de Gabriel né en 11/2010 et d'Antoine né sans vie le 14/03/2014

helene31

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 620
Re : notre histoire
« Réponse #3 le: 16 Octobre 2015 à 10:16:36 »
Cher Olivier,

j'ai lu hier soir ton long message...tu avais besoin d'écrire et merci de venir ici nous raconter la vie d'Antoine, votre tout petit Antoine. Je suis très touchée par votre histoire, j'imagine combien tout cela a dû être douloureux, rempli de diverses émotions si difficiles... j'ai le sentiment que tes souvenirs sont intacts 1 an et 7 mois ans après. Je suis très touchée de tes mots car, tu portais complètement ce petit Antoine avec ton épouse, peut être pas physiquement, mais dans ton coeur de papa, vous avez tout vécu à deux et tu as été présent sans relâche.
Je me retrouve dans beaucoup d'éléments de votre histoire...mon mari aussi était allé m'acheter un bijou...notre grand garçon de 3 ans à l'époque qui nous "tirait vers la lumière"...tes mots raisonnent si vrai en moi...et je suis d'autant plus touchée car par ici les témoignages de papa se font plus rare...et nous en avons beaucoup besoin aussi!

N'hésite pas à continuer de venir écrire, la suite de l'histoire, tes sentiments d'aujourd'hui...et tes poèmes !

belle journée cher papa d'Antoine et Gabriel!

Hélène
« Modifié: 16 Octobre 2015 à 21:37:02 par helene31 »

math14

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 738
Re : notre histoire
« Réponse #4 le: 16 Octobre 2015 à 11:27:28 »
Bienvenue Olivier sur le forum.
Nous "connaissons" bien votre petit Antoine, et bien sur son grand frère Gabriel.
Merci de venir nous apporter ton témoignage de Papa! Ils sont plutôt rares par ici!!
Et merci pour tes magnifiques poèmes.

A bientôt,
Mathilde
Maman d'une merveilleuse petite Agathe née le 31/12/2014 et repartie sur la pointe des pieds le 09/01/2015, et de ses petites sœurs, Augustine née le 13/07/2016 et Mahault née le 13/07/2018

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 9009
Re : notre histoire
« Réponse #5 le: 19 Octobre 2015 à 10:33:55 »
Cher Olivier,

vraiment merci de nous faire partager tes émotions de papa...
on sent toute la tendresse que tu as dans le coeur pour ton épouse et tes deux garçons...

quel parcours tu as vécu autour de votre petit Antoine...c'est fort, les paroles d'un papa....

à très vite, pour partager d'autres moments ou d'autres émotions
je t'envoie tout mon soutien
embrasse bien Bénédicte de ma part
Isabelle

Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

Bénédicte

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 5143
Re : notre histoire
« Réponse #6 le: 20 Octobre 2015 à 09:16:57 »
Bonjour Olivier,

Je suis très touchée par ton message, par chaque moment que tu as vécu avec Bénédicte qui est décrit avec beaucoup de précision: Tout ce que tu as vécu pendant la grossesse , l'arrivée d'Antoine et après son décès. Tes mots parlent de tout ce que tu as mis en place pour accompagner au mieux Bénédicte et lui épargner certaines souffrances inutiles. Ton amour pour Antoine et ton chagrin de papa s'y expriment avec force. En te lisant , je me dis que ton témoignage de père est très précieux pour toutes les mamans mais surtout pour les papas qui peuvent se retrouver dans tes mots, dans ce que tu as pu faire pour ton enfant.
Merci de nous le partager
A bientôt,
 Bénédicte
Maman de Mathilde, Alice, Eloïse, Bertille née le 12 avril  et décédée le 10 juillet 2004 (trisomie 18) et de Inès.

olivierdantoine

  • Newbie
  • *
  • Messages: 12
Re : notre histoire
« Réponse #7 le: 24 Octobre 2015 à 22:44:20 »
A Necker, je ne vous ai pas évoqué ce sentiment d'être au bord de la folie, et d'en venir à comprendre (!!!!) ceux qui enlèvent les bébés.
Je ressentais fortement le besoin d'avoir un- notre - enfant vivant dans les bras. Je sentais que la folie de ce genre d'acte n'aurait pas été bien loin si j'avais été plus faible psychologiquement.
Mari de Bénédicte, papa de Gabriel né en 11/2010 et d'Antoine né sans vie le 14/03/2014

helene31

  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 620
Re : notre histoire
« Réponse #8 le: 25 Octobre 2015 à 21:00:52 »
Bonsoir Olivier,

je viens de voir ton dernier message...oui dans la souffrance nos réactions ne sont pas les mêmes que lorsque la vie est plus douce...oui c'est à devenir fou de perdre son bébé, cette épreuve nous pousse à bout...mais bien que tu ais beaucoup souffert d'avoir perdu Antoine et en souffre encore...peut être peux tu voir que tes sentiments évoluent, s'apaisent sans doute par moment...tu as été un papa bien courageux et ton petit bonhomme doit être fier de toi.

Salut bien Bénédicte de ma part et je te souhaite une bonne soirée,

Hélène

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6520
Re : notre histoire
« Réponse #9 le: 26 Octobre 2015 à 08:32:12 »
Cher Olivier,

Je suis très émue de lire ton témoignage de papa dans ce que vous avez vécu, Bénédicte et toi, autour d'Antoine. Merci de l'avoir partagé avec nous
La souffrance n'est pas que pour la maman et on sait à quel point vous êtes souvent douloureusement oubliés.
Tu es le papa d'Antoine et ton coeur est meurtri par son décès.

Je vois que votre accueil dans les différentes étapes de la grossesse n'a pas toujours été comme vous l'auriez aimé. Vous aviez pourtant tellement besoin de soutien.

Je pense très fort à vous.
Je vous embrasse.
Marie
Marie.J bénévole

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 9009
Re : notre histoire
« Réponse #10 le: 02 Novembre 2015 à 09:11:03 »
Bonjour Olivier...
moi aussi, je suis touchée que tu partages avec nous ton vécu de papa...

oui, perdre un bébé, cela peut faire si mal qu'on peut avoir l'impression de devenir fou....et du coup ressentir des idées folles que l'on n'aurait jamais eu autrement, éprouver sur le coup des désirs impensables....
ce sont des pulsions inconscientes qui montrent juste la violence de la douleur que tu as pu éprouver...
mais rassure-toi....le passage à l'acte relève d'un autre registre...
et puis tu savais qu'aucun autre bébé ne serait Antoine et n'aurait pu le remplacer...
c'est ton Antoine qui manquait si violemment à ton coeur de papa !

je te souhaite de continuer de cheminer vers l'apaisement, avec l'assurance d'avoir accompli ta mission de papa au mieux pour lui
Comme Hélène, j'ai aussi envie de te dire qu'il doit être fier de toi

je t'envoie l'assurance de notre amitié et de notre soutien
Plein de douces pensées à partager avec Bénédicte

Isabelle   
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)