Messages récents

Pages: [1] 2 3 ... 10
1
Après le décès de votre enfant / Re : Alix
« Dernier message par Marie-Silas le Aujourd'hui à 09:26:59 »
Chère Maman,
merci d'être venue nous donner de tes nouvelles. Quelle belle nouvelle que la naissance de ton bébé. C'est tant de joie pour toi qu'Alix soit maintenant un grand frère. Je suis heureuse de lire que tu es plus sereine quant à son absence, même si il manquera toujours à ta vie, il est venu te marquer et te changer à jamais, et faiot de toi la femme que tu es aujourd'hui.
Je t'embrasse et te souhaite beaucoup de douceur pour vivre cet anniversaire qui approche,
Je t'embrasse,
Marie
2
Après le décès de votre enfant / Re : Alix
« Dernier message par Maman0703 le Aujourd'hui à 08:39:05 »
Chère Yolande.

Ce que tu écris me touche et me parle! Tu as perdu ta petite fille il y a si peu de temps. Et c’est tellement normal de se sentir si vide et mal. Le deuil des premiers temps a été pour moi violent et j’ai vécu des émotions et des sentiments difficiles et écrasants que je n’avais encore jamais connus. Savoir qu’un jour cela ira mieux et que cet état ne va pas être permanent peut aider. Il faut accueillir ces étapes du deuil qui sont importantes mais il est vrai o combien difficiles. Si la vie pour toi est en ce moment très dure et que tu as du mal à sourire, accepte le et n’en ai pas peur. Ce temps là de tristesse est nécessaire. La vie et la joie reviendront en son temps.Essaye si tu peux de faire des choses qui te font du bien, ne te force à rien, prends soin de toi. Je pense bien à toi, à ta famille et à ta petite Alice qui est en paix là haut et qui t’aime.
Je t’embrasse bien fort,

Maman0703
3
Après le décès de votre enfant / Re : Bientôt 2 ans
« Dernier message par Yolande A. le 24 février 2020 à 20:30:44 »
Pour ceux qui me liront, je voudrais simplement leur dire que nous nous remettons d’épreuves pareilles et qu’elle nous transforment. « ceux qui naissent ne meurent jamais »

Merci chère maman d'être venue partager avec nous cette lueur d'espoir quand il est difficile d'en avoir dans les premiers  mois du départ de nos petits. Merci d'avoir pensé à nous. Une douce pensée pour ton Alix. Je te souhaite le meilleur avec ta princesse.

Belle soirée
Yolande
4
Après le décès de votre enfant / Re : A Alice, ma merveille, mon étoile filante...
« Dernier message par Yolande A. le 24 février 2020 à 20:22:50 »
Bonjour à toutes

Merci infiniment pour vos messages qui m'ont tellement touché, cela fait du bien de se sentir comprise.
Je viens de vivre une semaine passée plus apaisée plus douce après 3 semaines de tempête, mais dès que je vais un peu mieux je culpabilise aussi. Comment aller mieux alors qu'Alice n'est plus là j'ai beaucoup de mal avec l'idée de vivre avec, c'est complètement contre nature de vivre sans son enfant. Je n'arrive pas à me faire à cette idée.

Je vous avais dit la semaine dernière que le fait d'avoir écrit à ma famille et mes amis nos souhaits pour Alice m'avait fait beaucoup de bien mais cela a aussi provoqué des réactions auxquelles je ne m'attendais pas. Mes beaux parents qui vivent à l'étranger ne comprennent pas qu'on veille continuer à parler d'elle. Elle est morte pourquoi souhaitons nous continuer à en parler ? J'ai eu beaucoup de mal digérer leur réaction même s'ils ont compris en tout cas je l'espère notre besoin d'en parler. Comment peut on avoir de tels propos ? Je me rends compte que pour eux le plus simple c'est de passer à autre chose, de ne plus en parler pour ne pas en souffrir mais c'est tellement égoïste comme réaction. Je sais que ma relation avec eux va être affectée à vie. Heureusement qu'ils vivent loin de nous je peux ainsi mieux me protéger mais la confrontation va être costaud quand nous nous reverrons. Car oui mes beaux parents ne sont même pas venus aux obsèques d'Alice... certaines personnes réagissent face au deuil de manière très particulière. Je me rends compte qu'avec le décès d'Alice il y aura une redistribution des cartes, certaines personnes me déçoivent énormément mais je me rends compte que je n'ai pas besoin d'elles au final.

Après 15 jours à garder ma grande pendant les vacances j'ai un peu de temps pour moi ça fait aussi du bien car j'avoue que cela m'a pas mal fatiguée et surtout comme je vous l'avais dit j'avais l'impression de ne pas être à la hauteur. J'ai fini par lui expliquer les choses calmement et elle a compris que j'avais besoin de temps pour me reposer et qu'il fallait adapter les jeux auxquels on jouait toutes les 2, je l'aime tellement elle m'impressionne tous les jours par sa maturité.

J'ai besoin de temps pour moi en ce moment j'ai coupé le contact avec mes amis et famille en les prevenant à l'avance que j'avais besoin de me retrouver un peu seule face à moi même pour faire le point. Tout le monde l'a très bien compris et j'avoue que cela me fait du bien.

J'ai organisé ce week end, un petit week end en amoureux pour que l'on se retrouve un peu et j'avoue que cela nous a fait énormément de bien. Mais même dans des moments comme ça la réalité est là, il a fallut qu'il y ait un bébé dans l'espace détente du spa où nous étions, il a fallut quon dîne à côté d'une femme enceinte... la vie ne me laisse pas trop de repis alors j'essaye d'être bienveillance avec moi même de plus en plus je suis vos conseils.

Cette semaine s'annonce dure car c'est la semaine de conception d'Alice, l'année dernière nous étions dans le projet d'agrandir notre famille et cela fait mal de voir où nous en sommes un an après. Et puis jeudi 27 nous aurions dû fêter les 3 mois d'Alice alors j'ai peur de sombrer de nouveau  c'est tellement dur à vivre ces dates.

Je pense fort à vous toutes, je pense fort également à vos merveilles. Je vous envoie plein de douceur pour supporter la vie sans une partie de nous-même.

Je vous embrasse.
Yolande
5
Après le décès de votre enfant / Re : Colère tristesse dépression
« Dernier message par Yolande A. le 24 février 2020 à 18:07:56 »
Bonjour Cécile,

J'ai une douce pensée pour toi en cette semaine qui doit être dure. Ta petite Mayline aurait dû naître le 27 février et moi j'aurai dû fêter les 3 mois de ma petite Alice le 27 également, alors je serai en connexion de cœur avec toi jeudi. Une étape douloureuse, encore une, parmi tant d'autres qui nous attendent. J'espère que tu as pu profiter de quelques jours avec un peu de douceur, moi j'ai l'impression que c'est le calme avant la tempête j'ai peur de sombrer de nouveau jeudi, les étapes moiniversaires sont toujours terribles depuis le début.

Je pense à toi en tout cas.
Je t'embrasse avec toujours nos petits merveilles dans nos coeurs.

Yolande
6
Après le décès de votre enfant / Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Dernier message par Yolande A. le 24 février 2020 à 18:03:03 »
Bonjour Magali,

Je suis ton avancée de loin mais il y a des jours où je n'ai pas assez de force pour venir écrire sur le forum mais quand j'ai vu ton dernier message je me suis dit qu'il fallait que je vienne t'apporter du soutien. NON tu n'es pas exigeante envers ton beau frère et ta belle sœur c'est eux qui sont complètement à côté de la plaque. Comment peut-on faire d'un enfant un sujet clos, c'est un non sens, un enfant est synonyme de vie, de bonheur et même si nous n'aurons pas la chance de les voir grandir auprès de nous, ils grandiront à jamais dans nos cœurs. Ils n'ont pas pris la peine d'écouter votre envie d'en parler, votre envie de le faire exister dans votre vie, votre envie de ne pas en faire un sujet tabou. Si je peux me permettre je trouve qu'ils sont profondément égoïstes au final, eux ont la chance d'avoir leur petit bébé avec lequel ils profitent de chaque instant et ils ne veulent pas que la mort de Matisse vienne entacher le bonheur qu'ils vivent actuellement. Ils ne devraient pas être préoccupés de savoir quand vous viendrez les voir mais plutôt comment faire pour faciliter cette rencontre qui sera forcément très douloureuse. C'est ce qu'on appelle l'empathie et ils n'en ont tout simplement pas.

Je comprends ton envie de parler de Matisse et de faire comprendre à tout le monde que ce n'est pas un sujet tabou, je vis exactement la même chose. J'ai rédigé il y a plus d'une semaine un message à nos familles pour leur expliquer comment nous souhaitions faire continuer à faire vivre le souvenir d'Alice. Nous voulons continuer à parler d'elle, à prononcer son prénom, nous voulons qu'elle fasse partie intégrante de notre histoire familiale, et tu veux connaître la réaction de mes beaux-parents ? "Mais pourquoi voulez-vous continuer à parler d'elle si elle est morte?" Tu y crois ? Et bien oui nous avons eu droit à cela. J'ai une partie de ma belle famille qui n'est pas présente pour nous, elle prend à peine des nouvelles, elle n'est même pas venue à l'enterrement, certains vivent à l'étranger, mais nous avons aussi des amis qui vivent en province ou à l'étranger et qui sont venus. Ils réagissent juste de manière égoïste, en faisant comme si Alice n'avait pas existé ils souffrent ainsi moins, c'est moins concret pour eux. Mais nous ça nous convient pas et on le fait savoir tant pis si cela dérange je n'ai pas envie de renier l'existence de ma petite Alice pour qu'ils se sentent bien, c'est hors de question. Alors quand mes beaux-parents nous ont dit qu'ils souhaitaient venir nous voir alors qu'ils n'ont pas été là quand nous en avons eu le plus besoin, mon mari leur a dit que ce n'était plus la peine de venir, il fallait être là avant. Ils l'ont très mal pris mais tu veux savoir une chose je m'en fiche désormais cela me passe au-dessus de la tête, je ne souhaite désormais que m'entourer des gens qui me font du bien et qui comprennent notre douleur. La mort de ma fille m'a changée à jamais et tant pis si cela ne plaît pas à tout le monde. Alors à chaque fois que j'ai un doute sur la réaction d'une personne je me pose toujours deux questions : essaye-t-elle de se mettre à notre place ? Essaye-t-elle de nous comprendre ?

Le seul conseil que je peux te donner c'est avant tout de penser à toi, de te protéger et de ne rien t'imposer c'est déjà assez dur de vivre sans nos petits alors essayer de se conformer aux exigences des autres c'est hors de question.

Une grosse pensée pour toi, je t'envoie tout mon courage et vraiment tout mon soutien. Pense à toi avant tout c'est la seule chose qui importe. Je t'embrasse et j'ai une forte pensée pour ton petit Matisse qui doit être fière de sa maman.

Yolande avec toujours ma petite Alice dans mon cœur.
7
Après le décès de votre enfant / Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Dernier message par Marie J. le 24 février 2020 à 11:26:37 »
Je suis vraiment triste de lire le comportement de ton beau-frère et belle-soeur.
Malgré le partage avec ton mari, son frère ne semble pas comprendre votre souffrance.

Ce qui est incroyable et terrible, c'est de vouloir clore l'histoire de Matisse !!!!  ??? :'(
C'est incompréhensif ! Et douloureux !

Je comprends que tu veuilles maintenir un lien avec eux car la famille est précieuse. Mais il me semble impératif de vous protéger. Aujourd'hui ils ne comprennent pas ! Peut-être plus tard ?
Oui protège toi ; Prenez du recul vis à vis d'eux. Tu dis toi-même à quel point cela risque de te nuire alors qu'il vous faut surmonter cette épreuve qu'ils ne comprennent pas !

Certains parents ont donné à leur famille le livret deuil de SPAMA, qui a été une aide pour elle. Peut-être qu'il pourrait l'être pour eux ?
je peux te l'envoyer si tu le souhaites. C'est une suggestion.

Je te souhaite aussi une journée la plus douce possible;
Marie

8
Après le décès de votre enfant / Re : Colère tristesse dépression
« Dernier message par Marie J. le 24 février 2020 à 11:03:25 »
Chère Cécile,

Une très douce pensée pour toi ce matin, dont le coeur est meurtri, dont l'absence de Mayline est si dure !

Les jours où tu devais accoucher approchent et nous savons que ces dates sont si difficiles à accueillir.
Alors on est là avec toi, avec vous.
Viens nous partager tous les sentiments qui t'habitent, aussi souvent que tu le souhaites. Les parents sont là avec toi.

Je t'embrasse fort.
Marie
9
Après le décès de votre enfant / Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Dernier message par Gali le 24 février 2020 à 10:57:37 »
Bonjour à toutes,
merci Tiphaine et Marie de vos messages et de ces mots si justes que vous savez trouver. Et j'espère de tout mon coeur qu'Isaac et Matisse babillent ensemble ! Le sourire me vient en les imaginant!

J'ai passé trois journées plutôt douces, avec un soleil radieux dans le ciel, qui a bien du participer à ce court mais précieux répit. Je ne m'en veux plus désormais d'aller bien quand c'est le cas. Je crois que Matisse se sent apaisé quand je me sens mieux, j'en suis convaincue finalement.
Mais aujourd'hui, je ressens une profonde colère et une grande déception vis-à-vis de mon beau-frère et ma belle-soeur. Je n'arrive plus à savoir si cette colère est légitime ou non. Pour remettre un peu les choses dans leur contexte, j'étais enceinte de Matisse pendant que ma belle-soeur était enceinte de leur deuxième, qui devait naître 3 mois après la naissance de Matisse. Mon beau-frère est militaire, en apparence très froid, mais je ne sais pas s'il s'agit seulement d'une apparence ou non. Les rapports entre mon mari et lui ont toujours été très distants malgré l'amour qu'ils éprouvent l'un pour l'autre.
Depuis la mort de Matisse, je ne veux pas les revoir, notamment parce que je ne peux pas voir des enfants, et encore moins des nouveaux-nés qui sont arrivés après Matisse et qui auraient du grandir avec lui. Visiblement, dans leurs messages (très rares), ils comprenaient. Mais mon mari n'a jamais ressenti de soutien de leur part, ni moi. Ils ne s'appellent que très peu, son frère ne demande jamais à mon mari comment il va, ils ne parlent jamais de Matisse, que de choses superficielles pour nos vies actuelles. Et ma belle-soeur m'envoie, le jour de mon anniversaire, donc 4 mois et demi après la mort de Matisse: "aujourd'hui, c'est jour de fête". Pas un mot sur Matisse, pas un mot sur ce que nous vivons, jamais. Mon mari a essayé d'expliquer à son frère, ce week-end, lorsqu'ils se sont vus, que c'était très douloureux pour lui ce manque de soutien et de communication. Mais son frère s'est visiblement braqué: ils ont de la compassion "sujet clos" comme il dit, l'important, le véritable sujet pour eux c'est: quand pourra-t-on se revoir. Son frère explique qu'il lui est difficile de parler de la mort quand il a une petite fille de deux mois qui vient de naître.
Je ne comprends pas et je n'arrive pas à faire passer ma colère. Ils sont les seuls, dans notre entourage, à réagir de la sorte. Aucun mot sur Matisse, l'idée que parler de Matisse, c'est parler de la mort.... Cela me blesse au plus profond de moi! Quand nous parlons de Matisse avec mon mari, c'est souvent avec le sourire, avec plein d'amour, c'est une façon de le faire exister chez nous, dans notre maison. Je n'ai pas le sentiment que les photos de Matisse qui sont partout chez nous sont des photos de la mort, au contraire! Au contraire pour nous, Matisse nous manque tant que nous avons besoin d'en parler, besoin de le faire exister, d'une façon ou d'une autre. Nous parlons rarement de sa tombe, quand nous y allons, nous disons: on va voir Matisse. nous ne disons pas: on va voir la mort! Parler de comment nous vivons ce manque, cette épreuve, ce n'est pas non plus parler de la mort. Je ne comprends pas comment on peut être aussi restrictif, fermé. Le sujet n'est "clos", comme il dit. Non, je m'y refuse! Je ne sais pas comment je vais personnellement pouvoir garder des liens avec ces gens qui nous renvoient au visage, comme une gifle, que notre fils n'existe plus, voilà, un point c'est tout, sujet clos, Matisse clos. Non, je m'y refuse. Matisse sera toujours dans nos vies, dans notre présent, il ne sera jamais juste du passé, juste un souvenir. Non, il est là, vivant dans nos coeurs, faisant partie de notre famille.
J'ai l'impression que leur froideur et leur silence revient à nier Matisse, à le laisser au cimetière, à le laisser dans le passé, derrière nous, et je ne peux pas me résoudre à cela. Voilà pourquoi je crois que cette réaction est si douloureuse pour moi. Je crois qu'au quotidien, je fais tout pour rendre Matisse un peu présent, il m'arrive de lui parler, de sourire en regardant le ciel, de faire un bisou à sa photo, d'allumer une bougie pour lui. Je ne peux pas vivre en me disant: Matisse est mort, sujet clos! C'est impossible. Et il me semble tout aussi impossible de côtoyer des gens qui me renvoient au visage un seul message: ton fils n'existe plus, alors pourquoi en parler. Mais c'est le frère de mon mari, il est important pour lui malgré tous les manquements dont il fait preuve envers lui et son manque de soutien. Alors je veux faire un effort, je veux essayer de sauver cette relation. Mais pas au péril de ma convalescence, ni au péril de la présence amoureuse de mon fils. Je suis complètement perdue. Je me demande si je ne suis pas trop exigeante, si je n'en attends pas trop de notre entourage. Mais j'ai le sentiment qu'ils sont seuls à se comporter ainsi...
J'espère que la journée sera plus douce pour vous tous.
Magali
10
Après le décès de votre enfant / Re : Alix
« Dernier message par Marie J. le 24 février 2020 à 10:55:21 »
Chère Maman d'Alix,

Merci de venir nous donner de tes nouvelles, de vos nouvelles. Nous sommes touchés de te lire.

Félicitations pour la naissance de cette nouvelle petite merveille. Je me réjouis avec vous et lui souhaite une belle vie.
Votre famille s'agrandit et je ne doute pas qu'Alix, qui te manque tant, veille sur sa petite soeur.

Nous sommes là avec toi pour t'accompagner dans ces jours du 2ème anniversaire de sa mort. Oui main dans la main.

Merci pour cette espérance que tu nous témoignes et sur laquelle les parents peuvent s'appuyer. C'est tellement précieux.

Je t'embrasse bien fort.
Marie

Pages: [1] 2 3 ... 10