Auteur Sujet: Matisse, mon immense soleil, ma petite plume  (Lu 2523 fois)

Gali

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 71
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #90 le: 31 décembre 2019 à 09:15:48 »
Bonjour à toutes,
me voilà de retour après 10 jours passés à randonner à trois, en amoureux avec le doudou de Matisse dans nos sacs. On lui a fait voir du pays! Nous avons rit; nous avons pleuré; nous avons fait des cairns, sur la route, pour Matisse; nous avons gravé son prénom sur des pierres au sommet de nos randonnées; nous avons vu des paysages époustouflants; nous avons beaucoup parlé, de nous, de l'avenir, de Matisse, de l'entourage. Bref, ce fut riche en émotions. Ce voyage ne nous a pas enlevé la peine et nous la retrouvons comme avant, bien installée au creux de notre maison, si vide et si silencieuse, mais il nous a montré qu'une forme de vie - un peu particulière certes - pouvait reprendre et que notre couple était là, au-delà de notre rôle de parents et que ce monde regorgeait de merveilles.
Le retour à la maison est cependant très dur, pour nous deux, car lié à l'arrivée de la petite nièce de mon conjoint, née le jour de notre retour (le 29 décembre), trois mois exactement après le décès de Matisse. C'est très douloureux pour nous. Personnellement, je ne peux me réjouir. Depuis deux jours, j'ai une profonde colère, contre la vie, contre ces gens qui ont droit à tant de bonheur alors que nous n'avons jamais pu ramener Matisse chez nous. J'ai envie de m'enfermer, de ne plus voir personne et d'attendre. Je me sens aussi terriblement nulle: moi, je n'ai pas été capable de sauver mon enfant, de le faire vivre plus de trois jours, comme si j'avais été une mauvaise mère, une mère en échec, alors que les autres y arrivent. C'est si douloureux de se comparer! C'est même insupportable en fait, j'éprouve une douleur immense, comme si j'étais revenue trois mois en arrière. Je veux remettre mes œillères, oublier que ces gens si heureux existent, oublier toutes les grossesses, tous les enfants et ne me concentrer que sur nous trois, que sur cet espoir auquel je ne veux pas croire d'un 2ème enfant bientôt et oublier tout le monde autour.
J'ai réalisé, durant le voyage, que Noël serait toujours un moment douloureux, même dans 10 ans, même dans 20 ans. Il y aura toujours un immense absent et je n'arrive pas à me résoudre à cette idée. J'ai l'impression que je ne parviens pas à accepter que la vie sera désormais comme ça, sans lui. J'ai l'impression que, pour accepter cela, il faudrait que je lui tourne le dos, que je le laisse sur le bord de la route et que je décide d'avancer sans lui. Sauf que je ne peux pas faire ça! alors je me sens bloquée, bloquée dans ma colère, bloquée face à l'avenir, bloquée dans ma douleur.

Nous avons eu, la veille de notre départ, les résultats définitifs de l'autopsie et du placenta. J'ai compris qu'il y avait des vaisseaux anormaux sur mon placenta, et une circulation sanguine qui s'était mal faite, que Matisse avait ainsi manqué d'oxygène et de sang, ce qui expliquerait son anémie à la naissance. Mauvais échanges entre la mère et l'enfant donc... Alors forcément je me sens responsable. J'ai l'impression que c'est ma faute, que je n'ai  pas été à la hauteur. On ne sait pas encore si cette mauvaise perfusion sanguine est due à une maladie chez moi. J'espère qu'il s'agit du hasard et non d'une maladie, parce que ce serait bien trop dur d'entendre que mon corps a posé problème et a nuit à mon fils jusqu'à le tuer. Si ce problème vient de moi, j'ai très peur de ma réaction. Je ressens déjà tellement de honte...

Je vous souhaite à toutes un beau nouvel an, aussi doux que possible avec la pensée de vos petits dans votre coeur.
Je crois qu'ils sont avec nous et je crois qu'ils seraient fiers de nous et de nos progrès.
Je vous embrasse.
magali
Maman d'un petit et joyeux Matisse (né le 27 Septembre 2019 et parti sur la pointe des pieds, entouré de tout l'amour de ses parents le 29 Septembre 2019)

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6013
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #91 le: 01 janvier 2020 à 10:29:14 »
Très chère Magali,

C'est bon de lire que vous avez passé de beaux moments en randonnée, votre Matisse bien présent avec vous.

Mais bien triste de lire à quel point le retour et les événements familiaux sont si douloureux. Comment en être autrement ?
Tant de personnes sont heureux alors que votre coeur saigne.

Cette culpabilité que tu ressens, les mamans en témoignent. Toute maman est faite pour donner une vie qui dure.
Alors oui elle est très douloureux cette culpabilité, même si tu n'y es pour rien.
Comme je voudrais t'apporter un peu de réconfort.

Je te souhaite une journée la plus douce possible.
Merci pour tes voeux pour cette nouvelle année. J'espère qu'elle vous apportera de la douceur, que de belles personnes vous entoureront comme vous le souhaitez.

Je t'embrasse fort.
Marie


Marie.J bénévole

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8583
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #92 le: 03 janvier 2020 à 10:59:31 »
Un petit coucou pour toi, Magali, que je vois en direct ce matin sur le forum...

Bravo pour le magnifique voyage que vous venez de faire....garde le dans ton coeur comme un point d'appui pour les jours difficiles qui sont devant toi...

Oui, la colère, la jalousie, le sentiment de culpabilité sont des émotions tellement bien normales dans le chemin du deuil....c'est la vie qui vous a imposé cette rude épreuve et AUCUN parent ne la mérite, pas plus toi qu'une autre maman...
laisse passer ces émotions, laisse les te traverser mais ne les rumine pas...elles sont juste là pour te dire combien l'absence de ton petit Matisse est violent pour ton coeur de maman...
et puis regarde la force d'amour que tu lui as donné pendant ces 3 jours de vie mais aussi pendant toute ta grossesse....

je t'envoie mille soutiens et douceurs pour accueillir cette nouvelle rentrée de janvier et t'embrasse bien fort
Isabelle
 
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

Gali

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 71
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #93 le: 04 janvier 2020 à 11:32:10 »
Bonjour à toutes et merci pour vos messages de réconfort en ce retour difficile.
Le premier de l'an a été particulièrement insupportable : me dire que cette année était la première que nous passerions sans Matisse, mais qu'elle n'est que la première du reste de ma vie, me dire que toutes les années à venir seront des années sans Matisse était insoutenable. J'ai le sentiment, par moment, que la vérité se révèle soudainement, à l'occasion d'un événement particulier et ces journées où l'irréversibilité de son départ me frappe le visage sont insoutenables, d'une telle violence que cette vérité ne peut pas se révéler longuement. Avez-vous déjà ressenti ce genre de "révélation"? J'ai le sentiment, dans ces moments-là, de réaliser ce que je n'avais fait que comprendre rationnellement, comme si la compréhension rationnelle n'était pas l'intégration. Désolée je suis peut-être un peu confuse...
Mais depuis deux jours, j'essaie de me focaliser sur ma famille, de ne pas penser à tous ces parents qui ont la joie d'avoir leur petit dans leur bras. J'essaie de ne penser qu'à ce que nous avons offert à Matisse, qu'à ce qu'il nous a offert et ces pensées m'apaisent énormément. Je me dis que finalement, nous avons été parents au plus haut point: Matisse n'a pas eu à traverser l'un des plus durs moments de sa vie tout seul, sa mort. Nous avons été là durant toute sa vie, du début à la fin, pour tous les moments qu'il a vécu, les bons moments comme les plus douloureux. Et je me dis finalement que nous avons accompli notre parentalité en l'accompagnant ainsi. Cette pensée m'apaise beaucoup depuis ces deux jours.
Je réalise que j'ai besoin de ne me concentrer que sur mon petit monde à moi, celui qui me sécurise et de mettre des oeillères, parce que la comparaison avec les autres est bien trop douloureuse, à rendre fou.

On arrive à une nouvelle étape avec mon mari je crois. Lui se sent davantage prêt à remettre les pieds dans le monde, dans la société. Il est même prêt, ou presque, à voir sa nièce. C'est très douloureux pour moi de me dire qu'un jour, il portera dans ses bras sa petite nièce, alors que Matisse n'aura plus jamais la chance d'être porté par son père. C'est même intolérable à envisager pour le moment: ces bras, c'est la place de Matisse, et seulement de MAtisse. Et je ne veux que personne, aucun autre enfant (tant qu'il n'est pas de nous) vienne s'y loger; ce serait comme prendre la place de Matisse et c'est insupportable dans mon coeur. mais il va falloir que j'accepte un jour... Je ne sais pas comment je pourrai y parvenir et en même temps il le faut, parce que je ne peux pas empêcher mon mari de voir d'autres enfants, de reprendre une vie, je n'en ai pas le droit. Mais je ne sais pas comment faire pour accepter cette idée...

Je vous souhaite, à toutes, un très beau week-end.
Encore mille mercis pour tout ce que vous faites! Votre aide est si précieuse!
Magali
Maman d'un petit et joyeux Matisse (né le 27 Septembre 2019 et parti sur la pointe des pieds, entouré de tout l'amour de ses parents le 29 Septembre 2019)

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8583
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #94 le: 05 janvier 2020 à 10:13:39 »
Chère Magali,

comme tu sais bien expliquer les mille et un détours de ce terrible deuil...
c'est exactement cela....notre cerveau rationnel intègre très vite l'information du décès de notre bébé, alors qu'il faut un temps beaucoup plus long, avec des allers-retours en plus, pour notre cerveau émotionnel pour lequel cette réalité est trop violente...
quant à la notion d'irréversibilité de la mort, c'est encore une autre phase qui se construit peu à peu et exige beaucoup de douceur et de patience... c'est à ce moment-là que l'intégration de l'évènement est vraiment faite...il y a donc bien une différence entre compréhension et intégration...
laisse toi porter doucement et à ton rythme par ces émotions...tu avances à pas comptés, mais ce sont tes pas qui comptent et c'est cela le plus important...

Oui, prends tes forces dans ce que tu as vécu avec ton petit Matisse, tu es une maman merveilleuse, oui, tu lui as TOUT donné...

s'il était toujours là, tes bras ou ceux de ton mari auraient pu accueillir d'autres enfants sans rien lui voler à lui...acceuillir un autre enfant dans ses bras, ce n'est pas prendre sa place...c'est juste pouvoir donner à cet autre enfant un peu de débordement d'amour qui vient de ton coeur...
ne panique pas trop....laisse toi avancer sur ce chemin...cette petite nièce ne prendra jamais la place de votre Matisse...elle n'y est pour rien et elle a le droit de recevoir un peu d'amour de votre part...
Juste prépare toi et quand tu te sentiras prête, laisse faire les choses le plus simplement possible et dans les limites que tu sens pour toi...

je te souhaite une très douce journée, en attendant la rentrée de demain, et t'embrasse très fort
Isabelle
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)

Tiphaine

  • Newbie
  • *
  • Messages: 24
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #95 le: 05 janvier 2020 à 15:23:51 »
Bonjour Magali

Cela me fait plaisir d'avoir un retour de ton voyage et savoir que ces moments partagés avec ton mari ont pu t'être, vous être bénéfiques.
Il nous ai impossible en tant que parent d'oublier nos petits cœurs partis beaucoup trop tôt. Et surtout dans nos deux cas d'oublier que ces petits amours ont fait de nous de tout nouveaux parents. Ce sont eux qui nous ont accompli comme tel.
Leur absence est, et sera toujours difficile à vivre. En tous les cas, c'est comme cela que je vois les choses. Nous devons apprendre à vivre avec cette absence pesante.
Pour autant, continuer de vivre, ce n'est pas tourner le dos à nos enfants.
C'est plutôt continuer notre combat pour eux; pour les faire vivre au plus près de nous, et au plus près de notre cœur. Tu ne laisse absolument pas Matisse sur le bord de la route. Bien au contraire, il continue à vivre dans ton coeur de maman.

Tu as pu avoir plus d'explications quant au décès de Matisse. Mais, ces résultats d'autopsie ne sont pas révélateurs de tout l'amour que tu as pu apporter tout au long de ta grossesse et pendant ces jours précieux que vous avez partagé. Amour que tu porte encore à Matisse.
Tu n'es en rien responsable de tout ce qui a pu arriver.
N'oublie pas que tu es la maman de Matisse et que as toujours fait le maximum pour lui, que tu as toujours été présente pour lui : comme tu le dis tu l'a accompagné du début et jusqu'au bout.
Tout le monde n'est pas capable de faire cela.
Tu as cette force pour accompagner Matisse dans tous ces moments. Et cette force que tu as, elle t'aidera à vivre avec la douleur de l'absence de Matisse.

Je suis de tout coeur avec toi Magali.
Je pense fort à Matisse

Tiphaine


Maman d'Isaac (né le 05/08/2019, décédé le 16/08/2019)

Gali

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 71
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #96 le: 06 janvier 2020 à 08:56:10 »
Bonjour à toutes,
Merci Isabelle et Tiphaine pour vos réponses, qui me guident et m’apaisent.
En effet, si Matisse était là, j’accepterai sans problème que mon mari prenne d’autres enfants que le nôtre dans ses bras, mais cela reste si douloureux pour le moment à envisager sans lui. J’aurai l’impression d’une trahison. Je crois qu’il va me falloir un peu de temps pour accepter l’idée même que mon mari s’approche de cet enfant. Mais je vais doucement me faire à cette idée, en pensant, comme tu le suggères Isabelle, au fait que si Matisse était vivant, mon mari pourrait porter sans problème sa nièce dans ses bras, et que ceci ne signifie nullement qu’elle vient prendre la place de Matisse. De toute façon, Matisse est bien installé dans le coeur de son papa, il prend une immense place, il a ouvert son coeur à jamais et personne ne pourra l’en déloger.
Tiphaine, je me console parfois en me rappelant cette présence et cet amour que j’ai donné à Matisse durant toute sa vie, in utero et dans ce monde. J’essaie de me recentrer là-dessus, sur tout ce qu’on a fait, tout ce qu’on a partagé, tout ce qu’on lui a offert et ce qu’il nous a offert. Et je me dis que, finalement, on a été de bons parents et que Matisse a senti notre amour du début à la fin (j’espère).
J’ai besoin aussi de de me dire qu’il nous voit, de là-haut, sur son petit nuage. Hier j’étais très mal, impossible de sortir de ma douleur et puis, je suis allée sur sa tombe, comme tous les jours, et il m’a soufflé une réponse: Matisse ne doit pas être source de peine, il ne doit pas être l’enfant de la douleur, l’enfant qui a fait pleurer ses parents. Non, on n’a pas le droit de lui faire ça. S’il nous voit de là-haut ou d’ailleurs, il doit avoir terriblement mal au coeur de me voir dans ces états du fait de son absence. Au contraire, il s’est battu, il nous a offert trois jours de vie, il avait l’air terriblement coquin de son père alors Matisse doit être l’enfant de la joie, celui qui illumine et fera rayonner nos cœurs, celui qui sera le socle heureux de notre famille, celui qui m’a fait mère et non pas celui avec qui ma vie a plongé dans le noir. Hier donc, Matisse m’a soufflé que nous avions le choix: le choix de vivre dans les pleurs et la souffrance et de faire de notre fils l’enfant de la peine ou le choix de faire de son existence une force, une joie, un bonheur, une sérénité profonds. Et je crois qu’il voudrait être cet enfant là, celui qui a offert à ses parents la joie, celui qui brille comme un doux soleil dans nos cœurs tous les jours. On lui doit bien ça et ce serait ne pas lui rendre hommage que de pleurer toute notre vie sur son absence.
Voilà la jolie réponse que m’a soufflée Matisse hier, sur le soleil de sa tombe, quand j’avais l’impression encore une fois, que la vie n’était plus possible. Alors je vais essayer de me souvenir de cette réponse et de l’appliquer petit à petit. Ils nous donnent tellement de force, nos tous petits!

Je vous envoie, à vous et vos petits, toutes mes douces pensées.
Magali
Maman d'un petit et joyeux Matisse (né le 27 Septembre 2019 et parti sur la pointe des pieds, entouré de tout l'amour de ses parents le 29 Septembre 2019)

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6013
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #97 le: 06 janvier 2020 à 10:51:25 »
Chère Magali,

Comme elle est belle la réponse de Matisse qui te veut vivante !
Elle sera ta force, elle est ta force dans cette terrible épreuve de son absence.

Tu as tout donné à ton fils, à votre fils, tout l'amour de Maman. Et comme il est grand !

Je pense à toi dans la difficulté de voir un jour ton mari avec un autre bébé dans les bras.
Aujourd'hui c'est trop difficile à accepter...
Même si tu le sais que cette petite nièce ne remplacera pas Matisse bien sûr.

Je te souhaite une journée la plus douce possible et t'embrasse fort.
Marie

Marie.J bénévole

Gali

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 71
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #98 le: 07 janvier 2020 à 08:25:41 »
Merci Marie pour ta réponse. Oui, je crois que Matisse est celui qui me donne la force de vivre en fait, et ce depuis le début de son départ. Il m'a toujours soufflé des réponses pour rester dans ce monde, il m'a relevé un nombre incroyable de fois alors que je pensais ne plus pouvoir continuer et il est le seul qui parvient à me donner cette force. Ils sont incroyables ces petits bouts!
Maman d'un petit et joyeux Matisse (né le 27 Septembre 2019 et parti sur la pointe des pieds, entouré de tout l'amour de ses parents le 29 Septembre 2019)

Marie J.

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 6013
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #99 le: 07 janvier 2020 à 08:34:21 »
Je t'embrasse en direct chère Magali.
Marie.J bénévole

Marie-Silas

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 443
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #100 le: 07 janvier 2020 à 09:32:00 »
Merci Magali pour ce très beau partage, oui je suis sûre que nos enfants veulent nous voir heureux. Quel beau message que Matisse a soufflé au fond de ton coeur. Il est celui qui t'a fait mère et une mère, c'est aussi une super héroine! Oui, profite de toute parcelle de joie, toute parcelle de sérénité!
Je t'embrasse bien fort,
Marie
Marie, maman de Silas, né le 16.11.2014 et décédé le 24.11.2014, trisomie 13, et de Raphael, 2017

Tiphaine

  • Newbie
  • *
  • Messages: 24
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #101 le: 12 janvier 2020 à 17:22:45 »
oh oui, ce sont nos plus grandes forces nos petits anges. Ils nous donnent cette force de continuer d'avancer, de continuer de vivre malgré la douleur de leur absence.
Merci pour ce message plein de résilience, d'intensité et de courage.

De tout cœur avec toi et avec plein de pensées pour Matisse

Tiphaine
Maman d'Isaac (né le 05/08/2019, décédé le 16/08/2019)

Gali

  • Jr. Member
  • **
  • Messages: 71
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #102 le: 16 janvier 2020 à 09:54:43 »
Bonjour à toutes,
Voilà quelques temps que je ne suis pas venue sur le forum, entre les moments de grande douleur, les moments où ça va un peu mieux et la tentative de reprendre un semblant de « quotidien normal ».
Ces jours-ci, je sens que le sommeil me lâche. Je n’arrête pas de rêver de Matisse, souvent de façon tragique et impossible de me rendormir ensuite. J’ai l’impression de n’avoir aucun moment de répit. Avant, j’arrivais à me reposer la nuit, à ne pas ressentir cette douleur qui me transperce le coeur chaque jour; mais tout ceci me semble terminé: maintenant, j’ai mal nuit et jour, sans arrêt et je commence à sentir mes forces s’épuiser.
Avec le papa de Matisse, nous commençons à envisager la suite. C’est très dur, je sais que c’est ce qui me raccrochera en partie à la vie mais j’éprouve aussi une profonde culpabilité à me réjouir de cette perspective (bien qu’encore lointaine). Matisse voudrait-il un petit frère ou une petite sœur? Ne va-t-il pas se sentir abandonné? Il y a la culpabilité, l’impression de trahir Matisse en pensant à ces projets, mais il y a aussi la peur de mes propres réactions: le vécu terriblement angoissant d’une future grossesse, la crainte que le drame se renouvelle, la peur de ne pas aimer cet enfant à venir, de ne pas lui faire sa place, la peur de réaliser pleinement la mort de Matisse au moment du développement de ce prochain enfant etc... Matisse sera toujours mon premier enfant, mon aîné, mon fils adoré. J’en fait un petit Dieu qui m’accompagne partout et il prend tant de place dans mon coeur que je peine à voir comment je ne vais pas écraser les autres en adorant ainsi mon petit bonhomme.

L’entourage n’est pas non plus toujours une partie de plaisir ces temps-ci. J’ai l’impression que personne autour de nous n’imagine une seconde la souffrance abyssale dans laquelle nous avons plongé et que maintenant, trois mois et demi après son décès, les gens oublient qu’on a encore terriblement mal. Alors ils commencent à nous pressuriser pour qu’on se retrouve en famille (alors que mon beau-frère et ma belle-sœur viennent d’avoir une petite) parce qu’ils souffrent de ne pas voir leur famille réunie. MAis la nôtre ne sera jamais réunie, alors c’est bien le cadet de mes soucis de ne pas réunir nos familles pendant quelques mois ou années. J’ai énormément de colère face à tant de pression et d’égocentrisme: nous souffrons et nous devons en plus essayer de canaliser les petites souffrances des autres. Ça devient trop lourd pour mes épaules et j’aurais besoin de me recentrer juste sur notre petite famille, mon mari, Matisse et moi.
`
Hier, j’ai senti au fond de moi que quelque chose était mort, éteint à jamais. Je crois que l’idée de ne plus jamais voir Matisse grandir, découvrir cette vie, l’idée de devoir avancer sans lui présent physiquement, l’idée de devoir renoncer à son existence, de le sentir loin de moi physiquement est tellement insupportable pour mon coeur et ma pensée qu’une partie de moi doit mourir pour ne pas éprouver cette douleur. Avant, j’étais très sensible, très émotive, pétillante dans les rires et dans les larmes. Aujourd’hui, je sens que s’est installée en moi une muraille, une armure. J’ai l’impression d’être devenue un roc sans trop d’émotions. Parce que si je laisse aller ces émotions, si je ne mets pas cette muraille, je vais me noyer dans mes larmes et ma peine jusqu’à la fin de ma vie. Alors je crois que j’ai éteint cette émotivité en moi, qui me caractérisait pourtant. Je crois que j’ai dévitalisé une partie de moi pour pouvoir avancer, me blinder. J’ai l’impression que je ne serai plus jamais la même, que je me suis perdue mais que cette perte, cette mort était nécessaire pour ne pas sombrer plus... Avez-vous déjà eu ce type de sentiment de votre côté?

Je vous souhaite, à toutes, une douce journée.

Magali
Maman d'un petit et joyeux Matisse (né le 27 Septembre 2019 et parti sur la pointe des pieds, entouré de tout l'amour de ses parents le 29 Septembre 2019)

Marie-Silas

  • Sr. Member
  • ****
  • Messages: 443
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #103 le: 16 janvier 2020 à 19:58:58 »
Chère Magali,
Que de tristesse dans ton message aujourd'hui... La mort de Matisse est venu bouleverser tant de choses en toi. Que tu aimerais te retrouver, toi la femme pétillante, pleine de vie. Alors qu'en ce moment tout est bien terne et que tu as l'impression  d'avoir fermé plein de choses en toi. Tu as tellement besoin de te protéger de tous ces sentiments si violents...
Et puis que c'est dur d'avoir l'impression que les gens exigent des efforts de ta part. Tu es encore trop triste et les autres semblent l'oublier et vouloir que tu passes à autre chose... sois douce avec toi, fais les petits pas quand tu en as la force! Mais je voudrais te rassurer de nouveau sur une chose, ta petite nièce ne viendra pas prendre la place de Matisse, sois en sure. Il est votre fils, il est tout pour vous.
Je t'envoie tout mon soutien dans ces jours bien difficiles å traverser pour toi,
Je t'embrasse,
Marie
Marie, maman de Silas, né le 16.11.2014 et décédé le 24.11.2014, trisomie 13, et de Raphael, 2017

isabelle

  • Global Moderator
  • Hero Member
  • *****
  • Messages: 8583
Re : Matisse, mon immense soleil, ma petite plume
« Réponse #104 le: 17 janvier 2020 à 08:52:16 »
Un petit coucou en direct avec toi, Magali... puisqu'on se retrouve ensemble ce matin sur le forum...

Ton message plein de tristesse et de chagrin me touche beaucoup...
Bien sûr, le décès de nos bébés nous change à tout jamais...c'est une telle épreuve à vivre...et au début, on est surtout impacté profondément par cette souffrance terrible, cette déchirure du coeur que l'on porte en soi...
Alors forcément, une partie de toi s'est blindée pour affronter cette douleur insupportable...
en même temps, regarde toi avec une infinie tendresse et une immense douceur...tu es une maman merveilleuse, éprouvée par l'une des grandes épreuves de la vie...
Aujourd'hui, tu as besoin de te réconforter et de te redonner confiance en tes capacités d'amour...et puis laisse toi aimer par ceux qui t'entourent et aussi par ton petit Matisse qui aimerait tellement, s'il pouvait parler, te dire MERCI pour cette vie remplie d'amour que tu lui as donné...
Alors, à chaque fois que tu as le sentiment de sombrer, pourquoi ne pas te faire un petit cadeau de sa part....tu l'as tant mérité !

en union de coeur avec toi
Isabelle
Maman d'Aude, Edouard, Hugues, Laurent et Emmanuel, né et décédé le 18 février 2002 (trisomie 18 et hernie du diaphragme, décelés à 12 SA)